UBS pas durablement bénéficiaire avant deux ou trois ans /Presse

dimanche 1 mars 2009 14h02
 

ZURICH, 1er mars (Reuters) - UBS UBSN.VX pourrait avoir besoin de deux ou trois ans avant de pouvoir être à nouveau durablement bénéficiaire, estime son nouveau patron, dans un entretien au NZZ am Sonntag.

Prié de dire combien de temps il faudrait à UBS pour être à nouveau rentable - le groupe bancaire a entaché sa réputation après des investissements massifs dans des actifs américains risqués - Oswald Grübel a répondu : "s'il n'y avait que des facteurs que je puisse moi-même identifier, je dirais deux ou trois ans."

"Mais, ajoute-t-il, il y a le marché, que je ne peux prédire. A par cela, il y a pour moi naturellement une limite d'environ cinq ans. Après, personne ne voudrait d'un patron opérationnel âgé de 70 ans ou plus."

Oswald Grübel, qui a organisé le plan de redressement du concurrent Crédit Suisse CSGN.VX, a été nommé directeur général jeudi, en remplacement de Marcel Rohner. UBS doit régler une série de dossiers épineux. Le groupe fait notamment l'objet d'une enquête fiscale aux Etats-Unis qui menace le secret bancaire helvétique.

Dans un entretien à Finanz und Wirtschaft paru samedi, le nouveau patron d'UBS prévoit un profit en 2009, tout en prévenant qu'il est difficile de faire des prévisions avec des marchés aussi erratiques. [ID:nLRR35158]

Selon le NZZ am Sonntag, de nouveaux hauts dirigeants d'UBS ont rendu leurs primes. Parmi eux le directeur financier Clive Standish et l'ancien patron de la banque d'affaires, Hugh Jenkins.

Une porte-parole a confirmé que de nouvelles primes avaient été récupérées, sans vouloir donner de noms.

UBS, qui a reçu l'aide financière de l'Etat, a dû accepter de revoir ses pratiques en matière de rémunération. Elle a prévu de réduire de 80% le montant des primes versés aux dirigeants de sa branche banque d'affaires.

(Sam Cage, version française Danielle Rouquié)