LEAD 1 Accor optimiste pour 2008, en dépit du risque éco. US

mardi 15 janvier 2008 19h54
 

 par Jean-Michel Bélot
 PARIS, 15 janvier (Reuters) - Le groupe Accor (ACCP.PA: Cotation) a
publié mardi un chiffre d'affaires 2007 supérieur aux attentes
et s'est montré optimiste pour 2008 en raison de son exposition
limitée aux Etats-Unis, où la récession menace.
 Le groupe - qui se considère comme une valeur défensive en
raison de sa forte implantation européenne, asiatique et
latino-américaine et du caractère peu cyclique de ses activités
de services (tickets restaurant, etc.) - a en outre relevé
légèrement à la hausse sa prévision de résultat 2007. 
 Il table désormais sur un bénéfice courant avant impôt 
"légèrement supérieur" à 900 millions d'euros, sur la base d'une
hausse de 6,8% de son chiffre d'affaires, alors qu'il avait
indiqué en août dernier attendre un résultat compris entre 870
et 890 millions.
 "Aujourd'hui le cycle européen est toujours aussi favorable
et je ne vois pas en Europe de signe de baisse d'activité", a
déclaré lors d'une conférence téléphonique Jacques Stern,
directeur financier d'Accor, soulignant que les services avaient
enregistré en 2007 une croissance de 16,5% (+11,9% à données
comparables) contre +7,8% pour l'hôtellerie.
 Le groupe réalise 75% de son chiffre d'affaires en Europe.
 "Au fond, Accor est une valeur défensive par sa présence
dans les services, en Europe et aussi dans le segment de
l'hôtellerie économique", moins sensible à une conjoncture
négative que l'hôtellerie de luxe, a-t-il souligné.
 "C'est pour cela que nous sommes tout à fait confiants. Nous
ne sommes pas insensibles à l'environnement externe, évidemment.
Mais à la fois la composition de notre portefeuille d'activité
services/hôtellerie et notre présence géographique nous rendront
plus protégé face à un environnement plus incertain", a-t-il
souligné.
 Comme l'ensemble du secteur de l'hôtellerie et des loisirs,
le titre Accor est affecté par les craintes des investisseurs
concernant les risques de fort ralentissement de l'économie
mondiale, voire de récession outre-Atlantique.
 Le titre a perdu quelque 18% de sa valeur sur un an, dont
plus de 6% depuis le début de l'année.
 
 ACTIVITÉ SUPÉRIEURE AUX PREVISIONS EN  2007
 L'an dernier, le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de
8,12 milliards d'euros, soit un peu plus que ce qu'attendait le
marché (8,02 milliards selon le consensus Reuters).
 La politique de cessions d'actifs non stratégiques du groupe
(Red Roof Inn, Go Voyages, la restauration collective en
Italie), qui sera poursuivie en 2008, a pesé négativement sur le
chiffre d'affaires à hauteur de -6,5% et les effets de change
pour -1,1%.
 Le 4e trimestre de l'exercice a enregistré la plus forte
croissance de l'année (+6,9% en données constantes contre +6,6%
au troisième trimestre et +6,1% au premier semestre), grâce à la
performance des services et de l'hôtellerie en Europe.
Les services (885 millions d'euros) ont affiché une
progression de +11,9% sur l'année, en ligne avec les objectifs
de croissance organique annuelle du chiffre d'affaires à moyen
terme (entre +8% et +16%). Cet objectif sera également tenu
cette année, a souligné Jacques Stern.
 En Europe, les services ont progressé de 12,5% sur l'année
alors que la situation s'est améliorée en fin d'année au Brésil
(+4,1% au T4 contre -0,6% au T3). Globalement, l'activité des
services a été plus faible en Europe en fin d'année alors
qu'elle s'est accélérée en Amérique Latine.
 En Argentine, le groupe s'attend à une baisse de son chiffre
d'affaires dans les services (35 millions d'euros l'an dernier)
en raison de la réduction de l'avantage fiscal sur les tickets
restaurant. "35 millions d'euros, cela représente 4% du chiffre
d'affaires de l'Amérique latine. Ça (la baisse attendue du CA)
fait partie des choses que nous pouvons digérer", a observé le
directeur financier.
 De son côté, l'hôtellerie a affiché l'an dernier une
croissance de 7,8%, bénéficiant du dynamisme du cycle hôtelier
en Europe constaté depuis mi-2005 à la fois en terme de taux
d'occupation et de prix moyens.
 L'organisation de la coupe du monde de rugby en France et au
Royaume-Uni a généré 16 millions d'euros de chiffre d'affaires
supplémentaire dans l'hôtellerie. /JMB
 (Avec la contribution de Nick Antonovics)