Carrefour-La montée de Blue Capital ne changera pas la stragégie

mardi 15 avril 2008 12h09
 

PARIS, 15 avril (Reuters) - Le président du directoire de Carrefour (CARR.PA: Cotation) a assuré mardi que la fin du pacte d'actionnaires de la famille Halley et l'accroissement de la part de Blue Capital au capital du distributeur ne devraient pas entraîner de changement important au niveau opérationnel.

"On a partagé depuis 12 mois avec tout le conseil de surveillance, y compris Blue Capital, je ne prévois pas de changement significatif ou majeur sur le plan opérationnel ou la stratégie du groupe", a déclaré Jose Luis Duran devant l'assemblée générale annuelle.

"L'ensemble du conseil de surveillance, y compris Blue Capital, nous demande plus vite, plus fort et plus efficace", a-t-il ajouté.

Blue Capital, la structure qui réunit les intérêts du fonds américain Colony Capital et du groupe Arnault, a fait savoir vendredi qu'il détenait désormais 10,7% du capital du n°2 mondial de la distribution, contre 9,1% auparavant.

Il a ajouté qu'il envisageait d'accroître sa part dans Carrefour et demanderait un troisième représentant au conseil de surveillance.

Sa montée en puissance intervient après que les membres de la famille Halley ont décidé de mettre fin à leur action de concert dans Carrefour à l'issue de l'assemblée générale, laissant au duo Groupe Arnault-Colony Capital la place de premier actionnaire.

Par ailleur, Jose Luis Duran de nouveau confirmé ses prévisions pour 2008 et son intention de faire de l'immobilier le second métier du groupe.

Pour l'exercice en cours, Carrefour vise une croissance de ses ventes entre 6% et 8%, hors acquisitions, une progression de son résultat opérationnel courant supérieure à celle des ventes et un flux opérationnel d'environ 1,5 milliard d'euros pour financer des acquisitions tactiques.

"La stratégie engagée depuis trois ans porte ses fruits. Les objectifs 2007 ont été atteints. 2008 devrait voir la concrétisation de tous nos efforts. Nous avons les meilleurs atouts du secteur", a dit Jose Luis Duran.   Suite...