Deux cadres de Michelin bloqués dans un bureau à Toul

vendredi 15 février 2008 19h40
 

STRASBOURG (Bas-Rhin) 15 février (Reuters) - Deux cadres de l'usine Kléber de Toul (Meurthe et Moselle) sont bloqués depuis jeudi par des salariés mobilisés après l'annonce de la fermeture du site, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture.

La direction a cependant demandé aux forces de l'ordre de ne pas intervenir pour les faire sortir, a-t-on précisé.

"Aucune procédure judiciaire pour séquestration ou prise d'otages n'a été engagée par Michelin", a dit un porte-parole.

Le bras de fer entre les salariés de l'usine Kléber de Toul et la direction de Michelin semblent dans l'impasse, deux jours après l'échec de négociations portant sur les mesures d'accompagnement du licenciement de 826 salariés.

Les syndicats veulent que Michelin s'engage notamment à augmenter substantiellement la prime de départ, à améliorer le montant des primes de mutation et à améliorer les "mesures d'âge" pour les salariés âgés de 55 ans et plus.

"Ce que Michelin veut éviter, c'est qu'on puisse prononcer le mot 'licenciement'", ironise Pierre Kovalski, délégué syndical central CGT. "Leur maître mot c'est mobilité externe" explique t-il.

Dans l'après-midi, une réunion demandée par la direction n'a pas permis de sortir du conflit, la direction posant comme préalable l'élargissement des deux cadres retenus, a expliqué le délégué CGT. Mais le syndicaliste a estimé que "les séquestrés, ce sont plutôt les salariés!"

"On ressemble à des mineurs de fond", ironise un autre syndicaliste en décrivant les grévistes au visage noirci par les pneus qui flambent depuis 48 heures devant l'usine.

Les camions sont interdits d'entrer ou sortir du site mais les salariés sont autorisés à rejoindre des postes de travail "qui ne tournent pas". De source syndicale, les salariés s'apprêtent à passer le week-end devant l'usine. /MJO