LEAD 3 Michelin - Marge 2007 en hausse, confiance pour 2008

vendredi 15 février 2008 13h09
 

 (Actualisé avec réactions d'analystes §3 et 4, cours de
Bourse §2 et plus de détails)
 par Matthias Blamont
 PARIS, 15 février (Reuters) - Michelin (MICP.PA: Cotation) a déclaré
vendredi anticiper une nouvelle progression de ses résultats en
2008 après avoir fait état d'une marge opérationnelle 2007 en
hausse mais inférieure aux attentes.
 Vers 12h50, le titre du géant des pneumatiques limitait ses
pertes à la Bourse de Paris en ne reculant plus que de 1,6% à
60,22 euros. Au même moment, l'indice DJ Stoxx européen de
l'automobile  gagnait 0,21%.
 "Le marché a réagi négativement mais nous serons acheteurs
si la baisse est trop importante", note Adam Jonas, analyste
automobile chez Morgan Stanley.
 De son côté, Pierre-Yves Quemener chez Landesbanki Kepler
souligne que tous les efforts engagés par Michelin sont à "des
années-lumière d'être intégrés dans le cours."
 L'action a été sanctionnée dès l'ouverture par la
publication d'une marge opérationnelle avant produits et charges
non récurrents de 1,64 milliard d'euros, soit 9,8% du chiffre
d'affaires (+1,6 point).
 Le groupe a expliqué avoir dû passer une charge
exceptionnelle inattendue de 74 millions d'euros, pour des
indemnités de fin de carrière prévues sur les deux prochaines
décennies et soumises à l'impôt.
 En excluant cet élément, la marge de la société se serait
établie à 10,2%, ratio conforme aux estimations du consensus
Reuters Estimates.
 "2007 a marqué le retour de la croissance chez Michelin", a
néanmoins souligné Michel Rollier, associé commandité gérant, au
cours d'une conférence de presse. En 2006, l'entreprise avait
enregistré des résultats en déclin, pénalisée par des efforts de
compétitivité jugés insuffisants et par l'impact des matières
premières.
 "Michelin aborde 2008 dans une situation saine, solide et
est préparé à faire face aux multiples défis d'une conjoncture
incertaine", a-t-il ajouté.
 
 CONFIANCE...
 Le résultat net part du groupe a augmenté de 35,3% à 774
millions d'euros en 2007, grâce à des réductions de coûts et des
tarifs revalorisés. Les ventes se sont élevées à 16,86 milliards
d'euros, en hausse de 3%, tandis que les charges de
restructuration, qui tiennent compte de fermetures de sites déjà
annoncées, ont atteint 326 millions d'euros.
 A taux de change constants, le chiffre d'affaires grimpe de
6,5%. Signe de confiance en l'avenir, le dividende fera l'objet
d'un relèvement de 10,3% à 1,6 euro.
Les analystes du consensus Reuters Estimates tablaient en
moyenne sur une marge opérationnelle de 1,71 milliard d'euros et
sur un résultat net de 815,3 millions d'euros pour un chiffre
d'affaires de 17,01 milliards.
 Jean-Dominique Sénart, gérant, a mis en avant l'amélioration
du ratio d'endettement de 19 points à 70%. Au 31 décembre, la
capacité d'autofinancement libre était positive de 433 millions
d'euros.
 
 ...ET PRUDENCE
 Dans son communiqué de résultats, Michelin indique que,
"sauf détérioration marquée de l'environnement", ses ventes
nettes et son résultat opérationnel avant éléments non
récurrents progresseront en 2008, sans donner davantage de
détails.
 Selon certains intermédiaires, l'absence de perspectives
chiffrées contribue à la baisse du titre.
 La direction a néanmoins estimé que la hausse du prix des
matières premières, notamment celui du caoutchouc, était de
nature à générer des surcoûts de 200 millions d'euros cette
année, à comparer avec 70 millions d'euros comptabilisés en
2007.
 A défaut de pronostics précis pour l'exercice qui débute,
Michel Rollier a confirmé les objectifs financiers de Michelin à
deux ans, dans le cadre du plan stratégique "Horizon 2010".
 A cette date, Michelin vise une marge opérationnelle et une
rentabilité des capitaux employés supérieures à 10%.
L'entreprise veut également voir ses ventes en volumes croître
de 3,5%. En 2007, elles ont progressé de 3,2%.
 Pour Michel Rollier, l'objectif d'amélioration des gains de
productivité de 30% d'ici à 2010 sera "plus qu'atteint".
 "Le groupe développera ses capacités de production dans les
régions à forte croissance mais maintiendra des investissements
importants en Europe de l'Ouest et en France", a-t-il expliqué.
 Jean-Dominique Sénart est par ailleurs revenu sur la
fermeture programmée de l'usine Kléber de Toul
(Meurthe-et-Moselle). Cette fermeture "est inéluctable", a-t-il
dit, "mais nous veillerons à ce que tous les salariés puissent
retrouver un emploi dans les meilleures conditions possibles."
 La concurrence reste particulièrement âpre dans le secteur
du pneu et Michelin continue de se disputer la place de numéro
un mondial avec le japonais Bridgestone (5108.T: Cotation).
 Le numéro trois mondial, l'américain Goodyear Tire & Rubber
GT.N, a communiqué jeudi des résultats trimestriels meilleurs
que prévus [ID:nL14825147]. /MB
 
 Tableau détaillé des résultats [ID:nPAT008723]
 
 (Matthias Blamont)