1 octobre 2009 / 10:49 / il y a 8 ans

LEAD 2 France-La prime à la casse soutient encore le marché auto

* Immatriculations de voitures neuves en hausse de 14,1%

* La prime à la casse soutient toujours le marché

* Ventes du groupe PSA +9,5%, groupe Renault +18,4%

(actualisé avec les chiffres des ventes italiennes)

par Gilles Guillaume

PARIS, 1er octobre (Reuters) - Les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont augmenté de 14,1% en septembre, toujours soutenues par la prime à la casse instaurée par le gouvernement, annonce jeudi le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Les immatriculations ont porté sur 183.248 unités le mois dernier, qui a compté 22 jours ouvrables, autant qu'en septembre 2008.

Sur les neuf premiers mois de l'année, les immatriculations ressortent en hausse de 2,4% en données brutes à 1.613.639 voitures. En données corrigées des jours ouvrables (CJO), elles augmentent de 2,9% sur la période.

Contrairement à d'autres pays, comme l'Allemagne ou les État-Unis où l'enveloppe allouée est désormais épuisée, la prime à la casse de 1.000 euros pour l'achat d'une voiture neuve émettant moins de 160 grammes de CO2 au kilomètre accompagné de la mise au rebut d'un véhicule de plus de dix ans est toujours en vigueur en France.

Elle a soutenu en septembre les ventes des marques françaises comme étrangères. Pour les premières, les immatriculations ont augmenté de 13,8% tandis que pour les secondes, les ventes ont progressé de 14,6%.

"La prime à la casse profite à toutes les marques qui ont des modèles de gamme économique et inférieure", a commenté un porte-parole du CCFA, soulignant que ces modèles représentaient maintenant une immatriculation sur deux en France.

LE HAUT DE GAMME A LA PEINE

La prime à la casse, instaurée fin 2008 face à la pire crise de l'histoire récente du secteur automobile, était censée s'arrêter fin 2009. Mais de peur de casser une dynamique encore fragile, le gouvernement a opté pour une sortie progressive du système.

La prime sera ramenée à 700 euros le 1er janvier prochain, puis à 500 euros le 1er juillet.

Selon les derniers pointages de Bercy, 320.000 primes ont été accordées, soit 100.000 de plus que prévu, représentant 20% des immatriculations de voitures neuves. En juillet, Bercy a estimé que la mesure représenterait un coût de 390 millions d'euros pour l'Etat cette année, contre 220 millions prévus initialement.

En Espagne, où le dispositif a démarré plus tard et doit rester en vigueur jusqu'en juin prochain, les immmatriculations de voitures neuves ont bondi de 18% en septembre, les mesures d'incitation du gouvernement commençant à jouer à plein, a déclaré jeudi l'association espagnole des constructeurs automobiles Anfac.

Cette hausse s'explique également par le très bas niveau du mois de septembre 2008 et les volumes sont toujours sensiblements inférieurs à leur niveau d'il y a deux ans.

Quant au marché italien, où un dispositif d'aide est en vigueur jusqu'au 31 décembre, les immatriculations de véhicules neufs y ont progressé de 6,77% à 189.476 unités.

La part de marché de Fiat était de 31,52% en Italie en septembre contre 30,75% un an auparavant, selon des calculs de Reuters.

En France, les immatriculations de voitures particulières du groupe PSA Peugeot Citroën (PEUP.PA) ont progressé de 9,5% en septembre (+5,6% sur neuf mois) tandis que celles du groupe Renault (RENA.PA) - marque Renault et Dacia - ont grimpé de 18,4% le mois dernier (+3,2% sur neuf mois).

Dans le haut de gamme, particulièrement malmené par la crise qui a réduit la demande en flottes d'entreprises, la marque BMW (BMWG.DE) a tiré son épingle du jeu (+15,1%), mais les immatriculations d'Audi (groupe Volkswagen (VOWG.DE)) ont baissé de 15% en France en septembre et celles de Mercedes (groupe Daimler (DAIGn.DE)) reculé de 9,4%.

En tenant compte des ventes d'utilitaires légers (-18,7% en spetembre), également très pénalisées par le ralentissement de l'activité économique, les immatriculations dans l'Hexagone s'inscrivent en hausse de 7,9% le mois dernier mais en recul de 2,3% en données brutes sur neuf mois (-1,7% en données corrigées des jours ouvrables).

Edité par Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below