Havas maintient ses objectifs 2008, peu de visibilité pour 2009

lundi 1 septembre 2008 18h29
 

PARIS, 1er septembre (Reuters) - Havas EURC.PA a confirmé lundi ses objectifs financiers pour 2008 et estimé que rien ne l'empêcherait de poursuivre sa croissance en 2009 même si le manque de visibilité rend les pronostics difficiles à ce stade.

Fernando Rodés, directeur général du sixième groupe publicitaire mondial, a réaffirmé viser pour 2008 une croissance organique comprise entre 5% et 6% et une marge opérationnelle courante de l'ordre de 11,5% à 12% - contre 11,1% en 2007.

"On ne voit aucun obstacle pour y arriver, même s'il y a un contexte très compliqué autour de nous et que la visibilité est pas tout à fait claire", a-t-il dit lors d'une conférence téléphonique au sujet de la croissance organique, faisant écho à la prudence adoptée par les concurrents du groupe.

"Il n'y a aucun problème structurel pour empêcher Havas de croître de nouveau en 2009, mais on ne peut pas faire de pronostic", a-t-il ajouté.

Havas a publié jeudi dernier un résultat opérationnel courant en hausse de 9,3% à 82 millions d'euros, donnant une marge en hausse de 0,6 point à 10,9%.

Le groupe a enregistré une croissance organique record de 8,0% au premier semestre, avec un rythme de 8,4% au deuxième trimestre contre 5,5% pour Publicis (PUBP.PA: Cotation) et 4,8% pour le leader mondial Omnicom (OMC.N: Cotation). Fernando Rodés a ajouté que juillet et août avaient été "plutôt normaux" mais peu représentatifs en raison du manque d'activité de l'été. "C'est septembre qui va donner la température pour les trois mois qui viennent", a-t-il noté.

Le groupe a affiché au premier semestre des gains de budgets de 1,1 milliard d'euros, après 1,5 milliard d'euros sur l'ensemble de 2007.

Fernando Rodés n'a pas souhaité quantifier la perte du contrat obtenu auprès de Dell DELL.O en Asie il y a à peine un an, soulignant qu'il serait "stratégique plus qu'économique".

L'action a clôturé stable à 2,65 euros, après avoir perdu jusqu'à 2,3% en séance. /CA

(Cyril Altmeyer, édité par Jacques Poznanski)