Freddie Mac - Les perte se sont creusées moins que prévu au T1

mercredi 14 mai 2008 16h24
 

NEW YORK, 14 mai (Reuters) - Freddie Mac FRE.N, numéro deux américain du refinancement hypothécaire, a fait état mercredi d'un léger creusement de sa perte au premier trimestre en raison de pertes de crédit accrues et annoncé son intention de lever prochainement 5,5 milliards de dollars de capitaux pour développer ses activités.

Les résultats de Freddie Mac ont cependant été plus solides que prévu, grâce à des pertes réduites sur des garanties de crédit à la faveur d'une modification comptable.

COURS DE BOURSE. Le titre Freddie Mac bondit de 8,21% à 27,01 dollars vers 12h00 GMT.

RESULTATS. La perte nette du groupe de McLean, en Virginie, s'est creusée à 151 millions, ou 66 cents par action, contre une perte de 133 millions, soit 35 cents par action, un an plus tôt. Le groupe avait enregistré une perte record de 2,5 milliards de dollars au quatrième trimestre.

Les analystes tablaient en moyenne sur une perte par action de 1,57 dollar au premier trimestre, selon Reuters Estimates.

Malgré la modification comptable favorable, les dépenses totales liées au crédit ont bondi à 1,45 milliard de dollars sur le trimestre, contre 262 millions un an auparavant.

COMMENTAIRE DE FREDDIE MAC. "Les conditions de marchés et de crédit sont restées difficiles au premier trimestre 2008", estime dans le communiqué de résultats Richard Syron, PDG du groupe. "Le trimestre a été meilleur pour la société que les deux précédents qui ont subi de façon significative l'impact des évolutions du crédit et des taux d'intérêt".

CONTEXTE. Freddie Mac et son concurrent Fannie Mae FNM.N, numéro un américain du marché, peinent depuis un an à maintenir un équilibre entre la hausse des pertes de crédit et leur actitivité de refinancement de crédits immobiliers.

Les deux groupes semi-publics ont, comme d'autres institutions financières, levé des fonds pour compenser leurs pertes. Les instances fédérales de régulation les ont encouragé à améliorer leur base de capital et à accroître leur exposition au marché immobilier américain en crise, en abaissant le montant de leurs réserves obligatoires minimales.   Suite...