14 février 2008 / 09:04 / il y a 10 ans

LEAD 2 Commerzbank - La facture du subprime approche E800 mlns

(Actualisé avec de nouvelles déclarations du DG)

par John O'Donnell

FRANCFORT, 14 février (Reuters) - Commerzbank (CBKG.DE) a vu sa facture liée à la crise des "subprimes" s'alourdir à près de 800 millions d'euros en 2007 et prévenu que la situation pourrait encore s'aggraver, des propos venus éclipser l'annonce d'un bénéfice annuel record.

La deuxième banque cotée allemande est effet parvenue malgré cela à dégager l'an dernier un résultat net en hausse de 19% grâce à une baisse de ses provisions pour créances douteuses.

RESULTATS

Commerzbank a dégagé l'an dernier un bénéfice net de 1,9 milliard d'euros, un résultat globalement en ligne avec les estimations d'analystes.

COMMENTAIRES DE LA DIRECTION

"Nous avons tenu promesse et atteint ou dépassé nos objectifs en dépit de défis colossaux", a déclaré le président du directoire Klaus-Peter Müller, ajoutant que la banque prévoyait de relever d'un tiers son dividende à un euro par action.

Il s'est dit confiant pour 2008, tout en affichant une certaine prudence. "Si des mauvaises surprises de taille nous sont épargnées, nous serons de nouveau en mesure d'égaler les bons résultats de 2007", a-t-il ajouté.

Il a également répété son intérêt pour un rachat de la première banque allemande de détail Postbank DPBGn.DE, actuellement en vente.

SUBPRIME

Les problèmes que la Commerzbank rencontre avec son portefeuille de 1,2 milliard d'euros d'investissements liés aux "subprimes", les crédits immobiliers à risque aux États-Unis, ont jeté une ombre sur les résultats annuels et sur le dernier exercice de Müller à son poste, puisque celui-ci est appelé à prendre la présidence non exécutive de la banque à compter du mois de mai.

Martin Blessing, qui lui succédera à la présidence du directoire, a accusé en début d'année la direction sortante de la banque d'avoir failli en n'agissant pas de manière décisive et en ne se débarrassant pas des investissements réalisés sur le marché du subprime dès l'apparition des premières tensions.

"Nous avons commis des erreurs et devons en tirer les leçons", avait-il ajouté dans une interview récente à Reuters.

Commerzbank a précisé jeudi ne s'attendre à aucun effet négatif lié au marché des subprimes en 2008, mais Müller a précisé qu'en raison des turbulences persistantes sur les marchés, la facture du subprime pouvait encore s'alourdir.

DEPRECIATIONS

Commerzbank a passé une nouvelle dépréciation de 248 millions d'euros sur des investissements liés au subprime au quatrième trimestre 2007, ce qui explique en particulier que son bénéfice net trimestriel ait diminué plus que prévu, à 141 millions d'euros.

Les analystes s'attendaient à un bénéfice net trimestriel en recul de 41% à 207 millions d'euros.

La facture totale du subprime monte ainsi à 774 millions d'euros sur l'ensemble de l'année écoulée.

PREVISIONS

Pour 2008, la banque s'en tient à sa projection d'un total de provisions pour risque crédit de 700 millions d'euros et précise que 90% du portefeuille d'obligations à collatéral (CDO) ont fait l'objet d'une dépréciation.

QUATRIEME TRIMESTRE 2007

Le bénéfice trimestriel tiré du trading est en nette baisse, à 73 millions d'euros contre 286 millions, tout comme le résultat d'exploitation, qui ressort à 169 millions d'euros contre 652 millions. Pour ce qui concerne l'excédent consolidé, celui-ci a augmenté de 20% sur l'ensemble de 2007, à 1,92 milliard d'euros, ce qui est conforme au consensus, mais sur le seul quatrième trimestre, il a diminué à 201 millions d'euros contre 359 millions, alors que le consensus Reuters donnait 207 millions.

BOURSE

Vers 12h00 GMT, l'action Commerzbank abandonne 2,97% à 20,60 euros, la prudence affichée sur le dossier du subprime ayant éclipsé les résultats vigoureux qui avaient fait monter le titre jusqu'à 21,68 dans les premiers échanges.

Le cours de Bourse a chuté d'environ 40% au cours des six derniers mois en raison des craintes liées au subprime.

La crise du crédit a accentué les incertitudes pour la croissance économique mondiale, et tout ralentissement aurait un impact particulier sur Commerzbank, spécialisée dans le crédit aux PME.

Le succès de l'économie allemande passe notamment par la force de son réseau de PME exportatrices, toujours vulnérables aux épisodes de ralentissement des échanges internationaux. /WYE/GG

Version française Gilles Guillaume

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below