LEAD 3 Renault - Marge de 3,3% en 2007, objectifs confirmés

jeudi 14 février 2008 15h29
 

 (Actualisé avec réaction d'analyste §5, cours de Bourse 
actualisé §4)
 par Matthias Blamont
 PARIS, 14 février (Reuters) - Renault (RENA.PA: Cotation) a publié
jeudi une marge opérationnelle de 3,3% au titre de 2007,
supérieure à ses objectifs, mais son bénéfice net a reculé,
conséquence de la baisse de la contribution au résultat du
japonais Nissan (7201.T: Cotation).
 En dépit de perspectives économiques peu engageantes, le
constructeur automobile a confirmé ses ambitions pour 2008, à
savoir une marge d'exploitation à 4,5% du chiffre d'affaires et
une croissance de ses ventes en volume de plus de 10%.
 "Nous sommes en ligne pour réussir Renault Contrat 2009", a
déclaré Carlos Ghosn, P-DG de Renault, au cours d'une conférence
de presse.
 Vers 15h25, le titre Renault plongeait de 5,71% à 70,29
euros. Son concurrent français, PSA Peugeot Citroën (PEUP.PA: Cotation) -
lequel a communiqué mercredi un résultat multiplié par près de
cinq [ID:nL13483873] - reculait de 1,5% tandis que l'indice DJ
Stoxx européen de l'automobile  abandonnait 1,07%.
 "Il y a des prises de bénéfices après la hausse de ces
derniers jours. Les résultats sont en ligne et sans mauvaise
surprise", remarque un intervenant interrogé sur la
contre-performance de Renault.
 Renault Contrat 2009 vise une augmentation des ventes en
volume de 800.000 véhicules sur la période 2005-2009, une marge
opérationnelle à 6% en 2009, le lancement de 26 nouveaux modèles
et silhouettes entre 2006 et 2009 et le classement de la Laguna
dans le trio de tête de sa catégorie en termes de qualité.
 "2007 aura été pour Renault l'année de la qualité, 2008 sera
celle de la croissance, une croissance sans précédent dans
l'histoire du groupe", a insisté Carlos Ghosn.
 Le dirigeant a toutefois reconnu que l'exercice qui s'ouvre
serait délicat alors que le spectre d'une récession aux
Etats-Unis menaçait la croissance mondiale. Certains
observateurs craignent que le secteur automobile soit l'un des
plus touchés si la consommation venait à marquer le pas.
 "Ce ne sera pas une année facile, compte tenu de l'ensemble
des risques auxquels l'ensemble de notre industrie est
confrontée, a souligné Carlos Ghosn, avant d'identifier deux
risques: l'environnement macroéconomique et la volatilité des
taux de change.
 Selon lui, "Renault Contrat 2009" constitue le moyen
d'affronter ces menaces. "Le principe du plan, c'est précisément
de s'assurer que pour compenser les risques extérieurs, nous
développons des opportunités et elles sont nombreuses", a-t-il
dit.
 "Autant je suis sceptique sur le marché, autant je suis
confiant dans la capacité de Renault à atteindre ses objectifs",
a-t-il résumé.
 
 UNE VEDETTE NOMMEE LOGAN
 Sur 2007, l'entreprise a fait état d'une marge
opérationnelle de 1,35 milliard d'euros, en progression de
27,4%. 
 Le résultat net part du groupe a atteint 2,66 milliards
d'euros contre 2,88 milliards d'euros l'année précédente, une
baisse justifiée essentiellement par le recul de la performance
de Nissan dont Renault contrôle 44%. La part du constructeur
nippon dans le compte de résultats est passée de 1,87 milliard
d'euros à 1,28 milliard d'euros.
 Le chiffre d'affaires du groupe s'est établi à 40,68
milliards d'euros.
 Les analystes du consensus Reuters Estimates tablaient en
moyenne sur un résultat net de 2,63 milliards d'euros et sur une
marge opérationnelle de 1,31 milliard d'euros pour un chiffre
d'affaires de 41,46 milliards. Renault s'était fixé une marge
2007 de 3%.
 Thierry Moulonguet, directeur financier de Renault, a
expliqué à la presse que le programme de la voiture à bas coûts
Logan "avait contribué significativement à la croissance des
résultats". Selon lui, "la marge dégagée par les ventes de la
Logan dans les 27 pays de l'Union européenne s'est établie entre
6 et 7%."
 
 PREPARER L'AVENIR
 La Laguna semble susciter plus d'embarras. Carlos Ghosn a
noté que le marché avait bien accueilli le véhicule mais qu'il
avait été pénalisé par les nouvelles mesures fiscales, plus
favorables aux voitures à faibles émissions, et que les stocks
restaient élevés. Un ralentissement de la production est
actuellement évoqué.
 Pour Renault, l'avenir passe bien sûr par la mise en oeuvre
de son plan stratégique et par le lancement de nouveaux modèles
mais également, comme pour PSA, par la poursuite de son
expansion à l'international.
 En décembre, le constructeur a négocié une prise de
participation de 25% dans le russe AvtoVAZ (AVAZ.MM: Cotation). A ce
sujet, Carlos Ghosn a indiqué s'attendre à la signature d'un
accord "dans les prochaines semaines."
 "Grâce à ce partenariat, Renault deviendra le troisième
constructeur automobile mondial", a-t-il souligné.
 En Russie, en Inde et au Brésil, trois pays où Renault est
particulièrement actif, Carlos Ghosn table sur une croissance
des marchés "de plus de 10%." /MB
 
 Tableau détaillé des résultats [ID:nPAT008716]
 
 (Matthias Blamont)