14 juillet 2008 / 11:33 / dans 9 ans

LEAD 1 Actelion et Glaxo concluent un partenariat sur Almorexant

(Actualisé avec précisions et commentaire d‘analyste)

ZURICH, 14 juillet (Reuters) - Actelion ATLN.VX a conclu lundi un partenariat exclusif d‘une valeur pouvant atteindre 3,3 milliards de francs suisses (environ deux milliards d‘euros) avec GlaxoSmithKline (GSK.L) pour développer et commercialiser l‘Almorexant, un somnifère en dernière phase d‘expérimentation sur lequel les deux groupes fondent de grands espoirs.

Le britannique GSK, numéro un européen de la pharmacie, obtient les droits exclusifs de développement et de commercialisation du produit au niveau mondial, à l‘exception du Japon, en partenariat avec Actelion, précise dans un communiqué le groupe suisse de biotechnologies, qui était depuis quelque temps à la recherche d‘un associé.

“GlaxoSmithKline est la meilleure société pour valider le potientiel du programme orexine d‘Actelion puisque c‘est la seule autre à avoir eu une molécule en développement clinique”, commente Denise Anderson, analyste chez Landsbanki Kepler.

“En outre, les termes de la commercialisation en partenariat permettent à Actelion d‘accéder à un autre niveau. Même si le potentiel complet du programme orexine ne sera connu qu‘avec les résultats de phase III, les termes de l‘accord permettront un transfert de valeur significatif aux actionnaires”, ajoute-t-elle.

L‘Almorexant fait partie de la classe des antagonistes de l‘orexine, conçus pour bloquer des récepteurs du cerveau qui jouent un rôle dans la régulation du cycle du sommeil.

L‘annonce de l‘accord a été saluée en Bourse, puisque Actelion a ouvert en forte hausse et atteint un plus haut du jour de 57,40 francs. Vers 11h00 GMT, le titre ne gagne plus que 2,76% à 54,05 francs, mais surperforme toujours néanmoins le reste du marché qui gagne à la même heure 1,4% .SSHI.

ACTELION SE DIVERSIFIE

Glaxo l‘emporte ainsi sur nombre d‘autres grands laboratoires mondiaux qui avaient des visées sur l‘Almorexant. Selon des banquiers et des analystes, Novartis NOVN.VX et les américains Pfizer (PFE.N), Schering Plough SGP.N et Johnson & Johnson (JNJ.N) étaient considérés eux aussi comme des partenaires potentiels.

Les grands groupes pharmaceutiques sont en permanence à l‘affut de toute nouvelle molécule prometteuse pour renforcer leur pipeline de médicaments. Glaxo travaille déjà sur un traitement similaire à celui d‘Actelion, mais dans son cas le programme de recherche a été suspendu à mi-chemin dans le prcessus de tests.

Selon les termes de l‘accord, Actelion continuera d‘assumer la responsabilité du programme de développement en cours pour l‘homologation contre l‘insomnie primaire, tandis que son partenaire britannique prendra en charge 40% des coûts de développement.

Le partenariat devrait aider Actelion à se diversifier et notamment à réduire sa dépendance vis-à-vis de son produit phare, le Tracleer, un traitement contre une pathologie rare du coeur et des poumons.

Le directeur général du groupe suisse, Jean-Paul Clozel, a ainsi indiqué au cours d‘une téléconférence que l‘accord avec Glaxo lui donnerait la flexibilité financière nécessaire pour accélérer d‘autres programmes de recherche.

D‘autres indications sont à l’étude pour la molécule, et les deux partenaires se partageront cette fois les frais de manière égale, a précisé Actelion. Sur les marchés clé, le groupe suisse comptabilisera l‘intégralité des ventes du médicament et GSK une partie du bénéfice, tandis qu‘un schéma inverse est prévu sur les marchés émergents.

“Parmi les autres indications qui pourraient être explorées pour l‘Almorexant, nous pensons à une amélioration de la mémoire dans les dysfonctionnements cognitifs, dans les formes précoces de démence”, commente Olav Zilian d‘Helvea.

Après un paiement préliminaire de 150 millions de francs suisses, GSK devra ensuite débourser 415 millions lors de la première homologation. Si le feu vert pour deux autres indications est obtenu, Actelion peut empocher jusqu’à 2,735 milliards de francs supplémentaires.

Les résultats de la troisième et dernière phase des essais cliniques, engagée depuis la fin 2007, sont attendus au second semestre 2009, pour un possible lancement du médicament fin 2011. /SK/GG

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below