14 mai 2008 / 05:41 / il y a 9 ans

LEAD 3 BNP Paribas <BNPP.PA> a fait preuve de résistance au T1

(actualisé avec des précisions apportées lors d'une conférence de presse aux paragraphes 14 et 16).

par Yann Le Guernigou

PARIS, 14 mai (Reuters) - BNP Paribas a annoncé mercredi un bénéfice net en recul de 21% pour le premier trimestre, faisant preuve de résistance malgré un impact plus important que prévu de la crise des marchés du crédit.

Le résultat net de la troisième banque de la zone euro par la capitalisation boursière est ressorti nettement supérieur aux attentes. En part du groupe, il s'élève a 1.981 millions d'euros, contre 1.675 millions anticipés en moyenne par les analystes interrogés par Reuters.

Il intègre un volume de plus-values diverses de 555 millions d'euros proche du niveau du premier trimestre 2007, ce qui n'était pas attendu, mais aussi un impact de la crise des marchés du crédit de 729 millions d'euros, dont 543 millions de dépréciations et pertes sur actifs - soit plus que les 240 millions prévus en moyenne par les analystes -, et 186 millions de provisions spécifiques.

Il est atténué par un gain purement comptable de 183 millions d'euros lié à la réévaluation de la dette de la banque. Par comparaison, la Société générale avait annoncé mardi près de 1,5 milliard d'euros de dépréciations et pertes sur actifs et 523 millions de réévaluation de dette.

"Ce sont des résultats solides, à défaut d'être excellents", a déclaré un analyste d'une banque américaine basé à Londres.

"Publier un bénéfice de près de deux milliards dans un tel environnement est une bonne performance", a estimé pour sa part Christoph Bossmann de WestLB Securities.

PERTE DANS LE POLE ACTIONS

La Bourse a bien réagi, le titre BNP Paribas progressant de 3,41%, à 69,80 euros vers 14h00. A ce cours, il limite son recul à 6% depuis le début de l'année, surperformant l'indice DJ Stoxx des banques européennes .SX7P, qui perd près de 15%.

Le résultat brut d'exploitation a accusé un repli de 23,1%, à 2.790 millions d'euros, contre 2.891 millions escompté par le consensus.Alors que l'évolution des coûts (+0,4%) est en ligne avec les attentes, la différence tient aux revenus, en repli de 10% à 7.395 millions d'euros (consensus à 7.484 millions).

Sans surprise, la baisse des revenus est à mettre au compte de la banque de financement et d'investissement.

Bien que moins exposée que bon nombre de ses grandes concurrentes aux crédits immobiliers américains à risque, la première banque française par la capitalisation boursière a enregistré un recul de 45% des revenus de ces activités en raison des dépréciations d'actifs et d'un mois de mars particulièrement difficile sur les marchés des capitaux.

Celui-ci s'est traduit par une perte de 35 millions dans le pôle actions et conseils dû aux dérivés actions, un des métiers phares de la banque. Au total, le produit net bancaire du pôle a atteint 1.311 millions, contre 1.716 millions attendu et 2.377 millions un an plus tôt.

SYNERGIES RELEVEES CHEZ BNL

BNP Paribas s'était fixé en début d'année un objectif de stabilité des revenus de sa BFI en 2008, mais le directeur général, Baudouin Prot, a reconnu depuis qu'il serait difficile à atteindre en raison de l'environnement déprimé de mars.

Commentant les comptes lors d'une conférence de presse, il a déclaré mercredi que si avril avait été moins mauvais, la visibilité sur les activités de marché était désormais trop faible pour donner des indications claires sur le niveau de leurss revenus.

L'évolution des contributions des autres métiers se compare plutôt favorablement à celle de la Société générale, avec notamment un recul limité à 10% de celle du pôle gestion d'actifs/assurance ou une croissance de 3% des revenus du réseau France malgré une chute de 13,1% des commissions de placement.

Alors que BNP Paribas vise en moyenne chaque année 4% de croissance des revenus de sa banque de détail en France, Baudouin Prot a indiqué que le taux de 3% serait plus réaliste pour 2008 en raison de l'impact du relèvement des taux réglementés et du peu d'appétit actuel de la clientèle pour les produits de placement. Si la contribution de la filiale américaine BancWest a reculé de 21,8% à taux de change constant, la contribution de l'autre grande filiale de banque de détail à l'étranger, l'italienne BNL, a progressé de 22% à 177 millions d'euros.

BNP Paribas a revu en hausse, à 550 millions d'euros contre 480 millions prévu précédemment, l'objectif de synergies à l'horizon 2009 pour l'intégration de ce réseau acquis en 2006.

Baudouin Prot a souligné que BNP Paribas entendait continuer, dans l'environnement difficile actuel, "à réaliser des performances supérieures à celles de ses principaux concurrents".

Il a d'autre part réitéré que les conditions n'étaient pas réunies pour un rapprochement qui soit créateur de valeur avec la Société générale (SOGN.PA) malgré les changements intervenus à la tête de sa vieille rivale. /YLG

Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below