GB/Bourse - A&L chute, les dépréciations plus élevées que prévu

mardi 13 mai 2008 11h30
 

LONDRES, 13 mai (Reuters) - La banque britannique Alliance & Leicester ALLL.L est en forte baisse mardi en Bourse de Londres après avoir fait état de dépréciations plus élevées que prévu liées à la crise du crédit.

A&L a toutefois laissé entendre qu'elle ne devrait pas, à la différence de Royal Bank of Scotland (RBS.L: Cotation) ou HBOS HBOS.L, procéder à une augmentation de capital.

Cela n'empêche pas l'action de chuter de près de 10% en Bourse à 460 pence en fin de matinée. Depuis le début de l'année, A&L a sous-performé ses concurrents d'environ 30%.

"Certes, ils n'ont pas à faire une augmentation de capital. Ils ont ce qu'il faut en matière de financement jusqu'au deuxième trimestre 2009. Mais cela posé, qu'est-ce qui va faire monter le cours de l'action ?" commente Mamoun Tazi, analyste chez MF Global.

Dans le point sur son activité publié mardi, A&L indique que ses dépréciations ont totalisé 391 millions de livres, soit plus que prévu par les analystes mais que 199 millions sur ce total n'affecteront pas les profits de la banque.

Sur les 192 millions restants, 139 millions représentent des pertes sur investissements dans des produits de crédit structurés, dont des SIV.

Lors de la publication de ses résultats en février, A&L avait annoncé des dépréciations de 185 millions de livres liées aux subprimes, soit nettement moins que celles passées par les grandes banques. Cela avait toutefois suscité des craintes concernant notamment le dividende.

La banque avait elle-même laissé entendre qu'il pourrait rester inchangé en 2008. Mardi, elle a indiqué qu'il était encore trop tôt pour prendre une décision sur le montant du coupon.

"En ce qui concerne le dividende, c'est exactement la même chose qu'en février. (...) Nous sommes toujours sur la corde raide", a déclaré le directeur financier du groupe Chris Rhodes lors d'une téléconférence. /DRO

(Clara Ferreira-Marques) version française Danielle Rouquié)