12 février 2008 / 08:21 / dans 10 ans

LEAD 3 Credit Suisse a limité l'impact du "subprime" au T4

ZURICH, 12 février (Reuters) - Credit Suisse Group CSGN.VX a annoncé mardi être parvenu à ramener à 2,0 milliards de francs suisses (1,25 milliard d‘euros) ses dépréciations liées aux crédits immobiliers à risque “subprime” en 2007, mais son exposition aux risques de crédit, même réduite, reste importante, ce qui pèse sur son cours de Bourse.

Le groupe a fait état d‘une baisse de 49% de son bénéfice des activités poursuivies au quatrième trimestre, à 1,33 milliard de francs, un montant inférieur au consensus puisque les analystes l‘anticipaient à 1,45 milliard.

Il est parvenu à ramener les dépréciations liées au “subprime” à 2,0 milliards de francs sur l‘ensemble de l‘année écoulée, contre une estimation initiale de 2,2 milliards, grâce à des opérations de couverture. Pour le seul quatrième trimestre, ces dépréciations ressortent à 1,26 milliard.

“Ces dépréciations se situent dans le haut des estimations et, plus important, il y a encore un risque résiduel important dans le bilan”, soulignent les analystes de Goldman Sachs dans une note.

L‘action Credit Suisse a perdu jusqu’à plus de 4,1% en matinée, avant de ramener son recul à 1,25% vers 10h45 GMT, à 55,40 francs. Au même moment, l‘indice des valeurs vedettes suisses .SSMI gagnait 0,16% et le DJ Stoxx européen des banques .SX7P prenait 0,75%.

Fin décembre, l‘exposition globale de Credit Suisse aux crédits titrisés et aux produits structurés représentait 66,2 milliards de francs, contre 100,7 milliards trois mois plus tôt selon les calculs de Reuters.

Les dépréciations nettes figurent “parmi les plus bas du secteur”, a souligné Wilson Ervin, le directeur du risque du groupe, lors d‘une présentation aux analystes et aux investisseurs.

A titre de comparaison, UBS UBSN.VX a perdu 16 milliards de francs suisses dans ses activités liées au “subprime” sur le seul quatrième trimestre, ce qui devrait le conduire à publier ce jeudi une perte annuelle de 12,5 milliards.

DEPRECIATIONS

Au total, le bénéfice net annuel des activités poursuivies de Credit Suisse a progressé de 3% à 8,549 millions de francs suisses (5,33 milliards d‘euros), alors que les marchés attendaient 8,67 milliards en moyenne.

Le rendement des fonds propres (ROE), qui s‘est contracté à 19,8% en 2007 contre 27,5%, devrait repasser au-delà des 20% d‘ici 2010, a précisé le groupe.

L‘activité de gestion de fortune (Wealth Management) a enregistré des afflux nets d‘argent frais de 50,2 milliards de francs sur l‘année, après 50,5 milliards en 2006, et affiché une hausse à 12 milliards lors des trois derniers mois contre 8,6 milliards un an plus tôt sur la même période.

Dans la gestion d‘actifs (Asset Management), l‘exercice se solde par un afflux net de 3,6 milliards de francs mais le quatrième trimestre a accusé des sorties nettes de 24,9 milliards, partiellement compensées par des afflux dans les placements alternatifs.

Toutefois, ce segment a inscrit des amortissements de 774 millions de francs en raison d‘achats de titres destinés à répondre aux problèmes de liquidités rencontrés sur le marché américains.

DECEPTION

“La banque privée a de très bons résultats mais il est décevant de constater une perte dans la gestion d‘actifs”, note Andreas Weese, d‘UniCredit.

La division Investissement (Investment Banking) est la seule à avoir accusé une baisse de son résultat, de 19% sur un an, conséquence de la crise des marchés financiers au second semestre.

Elle a en effet dû passer des dépréciations de 1,3 milliard au quatrième trimestre mais elle est toutefois parvenue à réduire son exposition au marché des crédits “subprime” américain à 1,6 milliard de francs.

Au niveau du groupe, Credit Suisse a augmenté ses actifs sous gestion de 4,7% à 1.557,7 milliards de francs.

Pour l‘année en cours, Credit Suisse prévoit “une performance supérieure au travers des cycles du marché”, comme l‘explique le directeur général Brady Dougan, cité dans le communiqué.

Le groupe exclut toute éventualité de devoir procéder à une augmentation de capital.

Le directeur financier, Reto Fassbind, a ajouté que les perspectives étaient prometteuses mais n‘a toutefois pas voulu s‘exprimer sur le trimestre en cours. Il a ensuite précisé qu‘il était désormais “moins probable” que le programme de rachats d‘actions en cours soit mené à son terme en 2008.

Il a expliqué que les marchés de “Leverage” se sont tassés ces deux derniers mois et que la banque allait poursuivre la réduction de son exposition à ces marchés lors du premier semestre. Credit Suisse a déjà réduit ses engagement dans ce secteur à 36 milliards contre 58,6 milliards à la fin septembre.

Le conseil d‘administration proposera à l‘assemblée générale du 25 avril le versement d‘un dividende de 2,50 francs par action au titre de l‘exercice écoulé.

Les analystes se montrent partagés. Dirk Becker chez Kepler Landsbanki n‘apprécie pas les dépréciations dans la gestion d‘actifs, rappellant que les comptes recèlent encore 3,9 milliards de francs d‘actifs de cette nature. “Il semble que 2008 verra de nouvelles dépréciations, à moins que les marchés ne se redressent rapidement”, explique-t-il. /PS/FS/MA

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below