LEAD 1 HSBC-Bénéfice accru malgré un bond des créances douteuses

lundi 12 mai 2008 13h51
 

LONDRES, 12 mai (Reuters) - La banque britannique HSBC Holdings (HSBA.L: Cotation) a annoncé lundi que son bénéfice avait augmenté au premier trimestre par rapport aux trois premiers mois de l'an dernier, sa croissance en Asie ayant compensé plus de cinq milliards de dollars de charges et de dépréciations liées à la crise du crédit aux Etats-Unis.

La banque estime de plus en plus probable une récession de l'économie américaine cette année, une reprise du marché immobilier y étant improbable avant 2009 au mieux. Mais ses déclarations ont été jugées globalement plus positives que celles de nombreux autres groupes de services financiers frappés par l'asséchement du crédit ces derniers mois.

A la Bourse de Londres, l'action HSBC gagnait 1,85% à 882 pence vers 11h20 GMT alors que l'indice FTSE 100 .FTSE limitait son recul à 0,38% et que le DJ Stoxx européen des banques était inchangé. HSBC a précisé avoir incrit dans ses comptes du premier trimestre des charges pour créances douteuses de 3,2 milliards de dollars liées aux activités de crédit à la consommation aux Etats-Unis. S'y ajoutent des dépréciations d'actifs à risques de 2,6 milliards de dollars.

Les résultats semestriels du groupe seront publiés le 4 août.

Les charges liées aux prêts immobiliers aux Etats-Unis sont conformes aux attentes et en baisse par rapport aux 4,6 milliards du trimestre précédent. Mais elles représentent le double du montant annoncé pour le premier trimestre 2007, la crise du marché des crédits "subprime" s'étant propagée dans l'intervalle au portefeuille de prêts.

"Une hausse du bénéfice du groupe par rapport au premier trimestre 2007 (...), c'est une performance dont peu de banques en Europe sont capables", souligne Alex Potter, analyste chez Collins Stewart.

LA HAUSSE DES CREANCES DOUTEUSES RALENTIT

HSBC s'avoue néanmoins encore insatisfaite par l'assainissement son portefeuille de crédits immobiliers aux Etats-Unis et par le traitement des créances douteuses. Son directeur général, Michael Geoghegan, n'attend pas d'embellie sur le marché immobilier américain avant 2009. "Il s'agit d'un ralentissement plutôt que d'un arrêt", a-t-il précisé à des journalistes à propos des créances douteuses.   Suite...