LEAD 1 TF1 - Les recettes pub de juillet ne sont "pas bonnes"

vendredi 1 août 2008 13h47
 

 par Cyril Altmeyer 
 PARIS, 1er août (Reuters) - Le P-DG de TF1 (TFFP.PA: Cotation) Nonce
Paolini a jugé vendredi que les recettes publicitaires du mois
de juillet n'étaient "pas bonnes", provoquant un brusque
retournement du titre en Bourse qui bénéficiait de l'annonce la
veille de résultats semestriels légèrement supérieurs aux
attentes.
 TF1, contrôlé à 43% pour Bouygues (BOUY.PA: Cotation), qui a déjà
accusé une baisse de 3,6% des recettes publicitaires au premier
semestre alors que celles de M6 (MMTP.PA: Cotation) ont stagné, n'a
toujours pas fourni de prévisions pour l'année.
 "Les recettes de publicité sur juillet ne sont pas bonnes",
a dit lors d'une conférence téléphonique Nonce Paolini,
précisant qu'il ne s'agit toutefois pas d'une période
déterminante sur les recettes de l'année.
 "On est dans le droit fil de ce qu'on a connu ces derniers
mois avec des annonceurs qui sont en retrait par rapport à leurs
investissements publicitaires", a ajouté celui qui a endossé la
fonction de président en plus de celle de directeur général, en
remplacement de Patrick Le Lay, qui reste administrateur.
 Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6, a dit
vendredi dernier qu'il ne prévoyait plus d'augmentation, même
légère, des recettes publicitaires de la chaîne année, dans un
marché qui devrait reculer de plus de 3%.
 L'action TF1, en hausse de plus de 3% avant les déclarations
de Nonce Paolini, cède 0,9% à 10,96 euros vers 13h30, tandis que
M6 perd 0,3% à 14,64 euros. Le titre a chuté de 40% depuis le
début de l'année, à comparer à une baisse de 18% pour M6.
 MANQUE A GAGNER DE FRANCE TV SUREVALUE
 TF1 a souligné dans son communiqué que le marché
publicitaire avait été marqué depuis le début de l'année par le
projet du gouvernement de supprimer progressivement la publicité
sur France Télévisions à partir du 1er janvier 2009, ce qui a
généré de l'attentisme chez les annonceurs.
 Comme Nicolas de Tavernost la semaine dernière, Nonce
Paolini a vigoureusement contesté l'estimation du manque à
gagner de 450 millions d'euros avancé par la commission Copé sur
l'avenir de télévision publique.
 "La réalité des chiffres est aujourd'hui de 250 et 280
millions, tous les professionnels vous le diront", a lancé le
patron de TF1, faisant écho à l'estimation de 250 millions
formulée par son homologue de M6. (Plus de détails:
[ID:nL512557)]
 "C'est curieux de voir qu'on n'a pas été à même de calculer
plus justement les choses", a-t-il ajouté, notant l'effet
pénalisant de cette base de calcul sur les taxes de 80 millions
d'euros prévues sur le chiffre d'affaires des chaînes privées et
de 0,9% du celui des opérateurs télécoms.
 Nonce Paolini s'est dit "extrêmement prudent" sur les gains
que pourraient tirer les chaînes privées de la mesure, ainsi que
de la réforme des règles en matière de publicité, comme la
deuxième coupure des films.
 "Il y a probablement un potentiel intéressant pour les
chaines privées, mais on le mesurera quand on aura vu les
commandes arriver", a-t-il observé.
 Le ralentissement des investissements publicitaires, les
dépenses de 54 millions d'euros liées à l'Euro 2008 de football
et des charges de réorganisation ont entraîné une baisse d'un
tiers du résultat net de TF1, à 125 millions d'euros, contre 120
millions attendus par les analystes interrogés par Reuters.
 "TF1 pourrait être désormais en position de fournir
davantage de visibilité sur ses réductions de coûts qui seraient
bien reçues et pourraient susciter à moyen terme des relèvements
des prévisions des analystes", écrivait UBS dans une note avant
la conférence téléphonique.
 Las, Nonce Poalini, qui avait déçu les analystes en février
par l'absence de chiffrage de ses mesures d'économies, n'a
concédé qu'un objectif de réductions de coûts de cinq à sept
millions d'euros cette année sur les achats du groupe.
 
 ACQUISITIONS DANS LES DIVERSIFICATIONS
 TF1 a confirmé anticiper une hausse inférieure à 3% du coût
de la grille en 2008 par rapport aux 1.024,2 millions d'euros de
2007 qui intégraient 49 millions d'euros pour la Coupe du monde
de rugby. Au premier semestre, le coût de la grille a progressé
de 9,7%, donnant une baisse de 1,9% hors Euro 2008.
 Le groupe a également réaffirmer viser un recul d'environ 3%
de son chiffre d'affaires total en 2008, alors qu'il prévoyait
une hausse de 2,4% en début d'année. 
 Nonce Paolini, qui a confirmé son ambition de réaliser la
moitié du chiffre d'affaires de TF1 dans les diversifications
d'ici quatre à cinq ans, a déclaré qu'il recherchait des
acquisitions pour y parvenir.
 Au premier semestre, le chiffre d'affaires des "autres
activités" du groupe a reculé de 6,6%, sous le coup d'un
comparatif défavorable avec la période correspondante de 2007
marquée par la sortie du film "La Môme", en raison de l'effet du
ralentissement de la consommation sur le Groupe Téléshopping TF1
Entreprises et TF1 Vidéo. /CA
 * Pour accéder au tableau des résultats, veuillez cliquer
sur: [ID:nWEA4244]
 (Cyril Altmeyer, édité par Jacques Poznanski)