LEAD 4 EADS-Les résultats 2007 jugés décevants, le titre plonge

mardi 11 mars 2008 17h56
 

 (Actualisé avec cours de Bourse §2, conférence de presse,
réactions d'analystes §7 à 9, détails)
 par Matthias Blamont et Tim Hepher
 PARIS, 10 mars (Reuters) - EADS EAD.PA, qui a présenté
mardi des résultats jugés particulièrement décevants en 2007,
s'est employé à rassurer les investisseurs sur son potentiel et
sur la viabilité de ses mesures de restructuration.
 Le titre du premier acteur européen de l'aéronautique et de
la défense a clôturé en baisse de 6,83% à 16,1 euros à la Bourse
de Paris dans un marché en rebond de 1,33% .FCHI.
 Conséquence de la faiblesse du dollar et des difficultés
d'exploitation de sa première filiale Airbus, le groupe a fait
état d'une perte nette de 446 millions d'euros, à comparer à un
résultat de 99 millions d'euros en 2006. L'Ebit avant
amortissement des écarts d'acquisition et éléments exceptionnels
s'inscrit à 52 millions d'euros alors qu'il avait atteint près
de 400 millions d'euros sur l'exercice précédent (tableau
détaillé des résultats [ID:nPAT008826]).
 Airbus signe la plus mauvaise performance opérationnelle du
groupe avec un Ebit négatif de 881 millions d'euros.
 "Ces résultats ne sont pas satisfaisants, nous n'en sommes
pas fiers, a déclaré Louis Gallois, président exécutif de
l'entreprise, au cours d'une conférence de presse, mais
paradoxalement, ils s'inscrivent réellement dans la préparation
de l'avenir: EADS a réparé les retards de l'A380 et les erreurs
liées à la première version de l'A350, le cours ne reflète pas
notre potentiel."
 Le groupe vise un Ebit 2008 de 1,8 milliard d'euros alors
que le consensus espérait 2,3 milliards en moyenne. Cette
perspective est établie sur la base d'un euro à 1,45 dollar
alors que la monnaie européenne EUR= a récemment frôlé le
seuil de 1,55.
 
 VOLATILITE
 "EADS se base sur un taux euro-dollar à 1,45, ce qui rend
les prévisions absurdes", déclare un opérateur basé à Francfort.
"Les perspectives sont de toute façon déjà très basses",
ajoute-t-il.
 "Nous sommes déçus par la prévision d'Ebit 2008", souligne
de son côté Milène Kerner, analyste chez Kepler Securities.
 "Au delà, EADS anticipe une marge d'exploitation de 5% à
l'horizon 2011 alors qu'elle dépassait les 10% en 2005. Les prix
pratiqués entre 2003 et 2005, période au cours de laquelle
Boeing (BA.N: Cotation) s'est montré très agressif, vont affecter la
rentabilité des prochains exercices. A cela s'ajoute le dollar",
renchérit-elle.
 Au cours de la conférence de presse, Louis Gallois a reconnu
que les objectifs pour 2008 étaient trop prudents. "J'ai demandé
à toutes les divisions de revoir leurs prévisions et d'améliorer
les résultats", a-t-il dit.
 Le dirigeant a également indiqué que le conseil
d'administration examinerait prochainement de nouvelles mesures
pour faire face aux mouvements du billet vert.
 EADS espère enregistrer 700 commandes pour Airbus cette
année après 1.341 commandes nettes en 2007, un millésime record,
et a affirmé qu'il tiendrait le calendrier commercial de l'A380.
Celui-ci impose la livraison de 13 exemplaires du géant des airs
d'ici aux neuf prochains mois.
 "Notre priorité reste l'efficacité opérationnelle et la mise
en oeuvre des changements prévus par le plan 'Power 8'", a
toutefois rappelé Louis Gallois, avant d'annoncer que des
mesures d'économies additionnelles seraient communiquées "au
printemps."
 Dans le cadre du plan de restructuration et de réduction de
coûts "Power 8", Airbus doit finaliser d'ici à l'été la vente de
six sites industriels en Europe dont deux en France. "Power 8"
prévoit également la suppression de 10.000 postes, répartis
entre la maison mère et ses équipementiers.
 
 LE MEILLEUR PRODUIT
 Louis Gallois a également répété que le premier vol de
l'avion de transport militaire A400M était prévu pour l'été, en
dépit "des difficultés" rencontrées par ce programme.
 Le dirigeant s'est parallèlement montré confiant sur l'issue
des recours lancés par son concurrent Boeing au sujet du contrat
des avions ravitailleurs à l'intention de l'US Air Force.
 "Nous avons le sentiment que nous avons le meilleur produit,
cinq pays, dont les Etats-Unis, veulent notre avion. La
compétition a été professionnelle, équilibrée, transparente,
Boeing a pris ses responsabilités", a-t-il expliqué.
 Le 29 février, EADS a remporté aux côtés de l'américain
Northrop Grumman (NOC.N: Cotation) un contrat, qualifié d'historique par
les spécialistes, de 35 milliards de dollars sur 12 ans pour la
livraison de 179 avions ravitailleurs à l'US Airforce. L'avion
retenu, le modèle KC-45A dérivé de l'Airbus 330 MRTT (Multi Role
Transport Tanker), sera assemblé dans une usine dédiée à Mobile,
dans l'Alabama.
 Le choix d'Airbus, au détriment de Boeing qui avait proposé
le K-767, adapté du B767, a suscité une forte émotion aux
Etats-Unis à quelques mois de l'élection présidentielle mais le
Pentagone a jugé que le produit de l'avionneur européen était le
plus élaboré techniquement. Boeing a notifié lundi soir son
intention de contester cette décision [ID:nL10322061].
 EADS, qui veut voir la part de la défense monter à 50% de
son chiffre d'affaires en 2020, a confirmé envisager deux
acquisitions cette année, dont au moins une aux Etats-Unis.
 Ces opérations devraient concerner la défense, la sécurité
ou les services. /MB/TH/M2M/JMB
* (Pour consulter le tableau des résultats [ID:nPAT008826]