10 avril 2008 / 13:07 / dans 9 ans

Armani - Bénéfice d'exploitation en hausse de 17% en 2007

MILAN, 10 avril (Reuters) - La maison de couture italienne Giorgio Armani a annoncé jeudi une progression de 17% de son bénéfice d‘exploitation au titre de l‘année dernière et anticipe une croissance pour 2008 en dépit de la crise du crédit.

Armani fait part d‘un résultat d‘exploitation de 289 millions d‘euros et d‘une hausse de 8% de ses ventes consolidées à 1,6 milliard d‘euros (12% à taux de changes constants).

Les investisseurs observent avec attention l’évolution du secteur de la mode et du luxe, guettant le moindre signe d‘un ralentissement de la consommation des produits haut de gamme provoqué par la crise du crédit et la chute des marchés financiers.

“En dépit du climat incertain de l’économie en 2008, j‘anticipe une nouvelle année de croissance soutenue par une progression de 7% de nos commandes en gros pour la saison automne-hiver 2008”, indique un communiqué de Giorgio Armani.

Le couturier, âgé de 73 ans, prévoit l‘ouverture cette année d‘une cinquantaine de nouveaux points de vente qui viendront d‘ajouter aux 471 autres, comprenant des franchises et des magasins en propre.

Armani a bénéficié en 2007 d‘une forte croissance de ses ventes en Chine - elles ont progressé de 24% - à comparer à une hausse de 19% en Europe hors Italie.

En Amérique du Nord, les ventes sont en hausse de 7% et de 17% à taux de change constant.

Réputé pour le tomber parfait de ses costumes, Armani a poussé très loin la logique du marketing, implantant sa marque italienne de luxe sur le secteur de l‘hotellerie, des lunettes de soleil ou des parfums.

Le mois dernier, Versace, l‘un de ses concurrents, avait indiqué que le créneau du haut de gamme le préservait du retournement de la situation économique.

Les résultats du groupe Gucci, propriété de PPR (PRTP.PA), semble confirmer cette analyse. Le bénéfice d‘exploitation de Gucci a bondi en 2007 de 29% à 731 millions d‘euros. La croissance devrait se poursuivre cette année.

Bernard Arnault, qui dirige le leader mondial du secteur des produits de luxe, LVMH (LVMH.PA), a lui aussi indiqué qu‘il n‘avait perçu aucun impact sur les dépenses en produits haut de gamme, même s‘il n‘a pas exclu cette éventualité pour l‘avenir. /NDE

Jo Winterbottom, version française Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below