7 février 2008 / 07:54 / il y a 10 ans

LEAD 3 Deutsche Bank - Résultats conformes, peu de dépréciations

(actualisé avec déclarations sur Postbank)

FRANCFORT, 7 février (Reuters) - Deutsche Bank (DBKGn.DE) a annoncé jeudi une chute de 45% de son bénéfice net au quatrième trimestre, réduit à un milliard d'euros en conséquence des turbulences des marchés financiers. Mais la première banque allemande n'a pas passé de dépréciations nettes liées aux subprime sur la période.

La banque d'affaires du groupe, qui est normalement le principal moteur de la croissance des résultats, a subi une baisse de plus de 50% de son bénéfice imposable, à 447 millions d'euros.

RESULTATS

Le bénéfice imposable est ressorti à 8,7 milliards d'euros sur l'ensemble de l'exercice.

Les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un résultat net de 925 millions d'euros sur le quatrième trimestre et un bénéfice imposable de 8,74 milliards pour 2007.

Au quatrième trimestre 2006, le résultat net était ressorti à 1,828 milliard d'euros et le bénéfice imposable sur l'ensemble de l'exercice à 8,339 milliards d'euros.

Les activités de trading ont baissé de 10% au quatrième trimestre 2007, à un revenu de 1,6 milliard d'euros.

Deutsche Bank a passé moins de 50 millions d'euros de dépréciations sur de la finance avec effet de levier sur la période, tout en assurant que cette somme n'était pas liée aux "subprime".

SUBPRIME

Après avoir annoncé 2,2 milliards de dépréciations au troisième trimestre 2007 suite à la crise des "subprime", Deutsche Bank n'a pas subi d'impact de la crise dans ses comptes au quatrième trimestre.

La banque apparaît ainsi comme l'un des rares établissements financiers à avoir échappé à la tourmente, qui a secoué de fond en comble des géants comme UBS UBSN.VX et Citigroup (C.N).

Josef Ackermann, président du directoire de Deutsche Bank, fort de la résistance de l'établissement, n'a cessé d'exhorter ses rivaux à faire toute la lumière sur leur exposition au "subprime", ces prêts accordés à des emprunteurs offrant peu de garanties de solvabilité.

La crédibilité du patron de la première banque allemande, qui n'a cessé de répéter que les dépréciations passées au troisième trimestre avaient clos le chapitre "subprime" pour Deutsche Bank, aurait été mise à mal si l'établissement avait eu à reconnaître d'autres conséquences de la crise crédit immobilier.

ACQUISITIONS

Josef Ackermann a déclaré que la banque était prête à procéder à des acquisitions ciblées, tout en ajoutant que le groupe allait augmenter ses investissements dans ses activités coeur de métier, l'accent étant mis sur la croissance organique.

Lors d'une conférence de presse, il a toutefois déclaré qu'il ne verrait pas d'un mauvais oeil un rapprochement avec Postbank DPBGn.DE, la filiale bancaire de Deutsche Post (DPWGn.DE).

"Si quelqu'un vient nous soumettre le dossier Postbank, nous sommes prêts à discuter", a-t-il déclaré.

PREVISIONS

Contrairement à ce que le marché craignait, Deutsche Bank n'a pas lancé d'avertissement sur ses résultats, confirmant son objectif de 8,4 milliards d'euros de bénéfice imposable pour cette année.

Reprenant son antienne, Josef Ackermann, a toutefois déclaré s'attendre à des conditions "difficiles" en 2008, soulignant que les "incertitudes macro-économiques sont susceptibles d'affecter toute activité liée au marché des capitaux".

Le patron de Deutsche Bank a déclaré il y a quelques semaines que la crise du crédit aurait sur l'économie réelle des répercussions plus importantes qu'on ne le pensait. Selon Josef Ackermann, l'activité économique mondiale devrait s'essouffler et le net rebond enregistré en Allemagne ces derniers trimestres devrait également s'estomper.

DIVIDENDE

La banque a proposé un dividende de 4,50 euros au titre de l'exercice 2007, contre quatre euros en 2006 et une anticipation moyenne des analystes de 4,40 euros. Josef Akermann a déclaré que les objectifs de rentabilité de Deutsche Bank étaient compatibles avec une politique de distribution de dividende qui restera généreuse.

ENGAGEMENTS

Deutsche Bank a déclaré que ses engagements totaux dans la finance avec effet de levier totalisaient 36,2 milliards d'euros à fin décembre.

Les dépréciations brutes de la banque sur des engagements de trading étaient à 1,35 milliard d'euros à fin décembre.

Les problèmes liées à des prêts ont légèrement progressé au quatrième trimestre 2007, à 3,1 milliards d'euros, contre 2,8 milliards à fin septembre.

Le total des plus-values latentes sur des actifs cotés était de 2,96 milliards d'euros à fin décembre.

BOURSE

Vers 10h40 GMT, le titre Deutsche Bank progressait de 1,99% à 76,49 euros alors que l'indice Dax reculait dans le même temps de 0,82% et l'indice des valeurs bancaires européennes .SX7P de 0,06%. Postbank avançait dans le même temps de 3,79% à 59,16 euros.

/BVO

John O'Donnell, version française Benoit Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below