March 7, 2008 / 6:35 AM / 9 years ago

LEAD 2 Thales voit l'avenir en rose après des résultats solides

6 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec cours de Bourse §3, conférence de presse et plus de détails)

par Matthias Blamont et Tim Hepher

PARIS, 7 mars (Reuters) - Thales (TCFP.PA) a publié vendredi un résultat d'exploitation courant en hausse de 24% pour 2007, conforme aux attentes, grâce à des plus-values de cessions et à la diminution de ses charges de restructuration, et a confirmé ses ambitions en matière de croissance externe.

"L'année a été très bonne pour Thales, le résultat net atteint un niveau record, nous abordons 2008 avec grande confiance", s'est félicité Denis Ranque, P-DG de l'électronicien de défense, au cours d'une conférence de presse.

Vers 12h45, l'action Thales recule de 0,91% à 40,08 euros. Au même moment, le CAC 40 .FCHI cède 1,34%.

Thales prévoit toujours pour 2008 une croissance organique de 6% et une marge opérationnelle de 8%.

"Il n'y pas de bulle sur le secteur aéronautique. Je pense que la demande pour les équipementiers va continuer à croître", a souligné Denis Ranque.

Le dirigeant a ajouté qu'il était confiant dans la capacité de l'entreprise à se protéger de la faiblesse du dollar et jugé que la situation financière de Thales - le ratio d'endettement sur fonds propres n'est que de 7% - autorisait de nouvelles acquisitions.

"Nous ciblerons nos investissements sur des activités complétant l'offre produits, systèmes et services dans les trois grands domaines et les grands pays domestiques du groupe", a précisé le dirigeant.

Selon lui, Thales est au centre du jeu pour participer à la nouvelle dynamique de l'Europe de la défense et de la sécurité.

Des opérations de croissance externe dans la sécurité seront d'ailleurs considérées en priorité, a-t-il également assuré.

"Les performances de Thales donnent beaucoup de crédibilité aux objectifs 2008, écrivent les analystes de Natixis Securities dans une note de recherche, le titre offre un profil très défensif, il devrait continuer à surperformer."

Tous Les Indicateurs Au Vert

L'ex Thomson-CSF a dégagé l'an passé un résultat opérationnel courant de 936 millions d'euros, portant la marge à 7,6% du chiffre d'affaires, lequel a progressé de près de 20% à 12,29 milliards d'euros. Sur une base organique, le bénéfice d'exploitation signe une accélération de 7,9%.

Le résultat net part du groupe ajusté bondit à un milliard d'euros, à comparer à 388 millions d'euros en 2006.

Ce chiffre ne tient toutefois pas compte des écritures relatives à la juste valeur des actifs et passifs acquis par Thales en 2007. En intégrant, le "PPA", le résultat net part du groupe ressort à 887 millions d'euros.

Les frais de restructurations se sont inscrits à 0,6% des revenus alors qu'ils avaient représenté 1,9% l'année précédente.

Les analystes du consensus Reuters Estimates tablaient en moyenne sur un résultat opérationnel de 941,4 millions d'euros et sur un résultat net de 785,4 millions.

Le conseil d'administration du groupe proposera aux actionnaires de verser un dividende d'un euro par titre, en augmentation de 15%.

Le périmètre de Thales a sensiblement évolué l'an dernier. L'entreprise a cédé ses activités navales à DCNS en échange d'une participation de 25% et a intégré les activités de transport, de sécurité et d'espace d'Alcatel-Lucent ALUA.PA, opération conclue fin 2006, pour environ deux milliards d'euros.

La société franco-américaine est désormais le premier actionnaire privé de Thales avec un ticket de 21%. L'avenir de sa participation suscite néanmoins de nombreuses interrogations alors qu'Alcatel-Lucent peine à convaincre les marchés sur son modèle économique.

Reorganisation

Les plus-values de cession enregistrées par Thales, qui proviennent pour les trois quarts des actifs vendus à DCNS, s'élèvent à 432 millions d'euros. L'entreprise a également bénéficié d'un nouvel accord sur les retraites de ses collaborateurs en Grande-Bretagne.

A l'issue d'une profonde réorganisation, Thales est désormais structuré en trois grandes divisions.

La branche Défense a vu son résultat opérationnel courant passer de 424 millions d'euros à 459 millions d'euros. Celui de la branche Sécurité a grimpé de 168 à 237 millions.

Le pôle Aéronautique-Espace a de son côté enregistré un bénéfice d'exploitation courant de 255 millions d'euros, contre 203 millions d'euros un an plus tôt mais sa marge est passée de 8,1% à 7,1%.

La direction a justifié la baisse du ratio par un effet de change négatif et par une provision de 53 millions d'euros passée pour la gestion d'un contrat militaire difficile avec la marine turque.

A l'échelle du groupe, la baisse du dollar s'est matérialisée par un impact net équivalent à 5% du chiffre d'affaires.

Denis Ranque a par ailleurs répété ne pas entrevoir de rapprochement Thales-Safran (SAF.PA), les conditions n'étant, pour ses équipes, toujours pas réunies. /MB/TH

* Tableau des résultats [ID:nPAT008818]

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below