Deutsche Börse privilégie la croissance organique, le dividende

mercredi 7 mai 2008 18h03
 

FRANCFORT, 7 mai (Reuters) - Deutsche Börse (DB1Gn.DE: Cotation) privilégiera la croissance organique au cours d'une année 2008 qui devrait se conclure par un nouveau résultat record, une hausse à deux chiffres du dividende et la poursuite des rachats d'actions.

Tel est l'essentiel du message qu'a voulu faire passer mercredi Thomas Eichelmann, directeur financier de l'opérateur de la Bourse de Francfort, lors d'une conférence téléphonique organisée au lendemain de la publication d'un bénéfice opérationnel de 425,8 millions d'euros au premier trimestre. [ID:nL06731547].

La société, qui gère également le marché de dérivés Eurex et la chambre des compensations Clearstream, a ainsi fait mieux que les attentes des analystes sur la période et le titre a progressé de 2,23% à 102,65 euros alors que l'indice regroupant les principales places financières mondiales perdait 0,48% au moment de la clôture de Francfort.

"Deutsche Börse a bien commencé l'année avec des chiffres supérieurs au consensus", a estimé Bernd Müller-Gerberding, qui a une recommandation "achat" sur la valeur, avec un objectif de cours de 124 euros.

Mardi, l'un des principaux rivaux de Deutsche Börse, NYSE Euronext NYX.N, a fait état d'un triplement de son bénéfice au premier trimestre, grâce notamment à des volumes d'échanges records en Europe. A Paris, le titre a progressé de plus de 8% et, vers 15h50, il gagnait 3,15% à 75,25 dollars à Wall Street.

Thomas Eichelmann a souligné que le premier trimestre de l'exercice montrait que Deutsche Börse était bien parti pour remplir son objectif d'une nouvelle croissance de ses bénéfices en 2008.

Parmi une série de vecteurs de croissance structurels, il a évoqué le trading algorithmique, qui a représenté 45% des échanges du système d'ordre électronique Xetra sur le premier trimestre 2008 contre une part de 39% en 2007.

Deutsche Börse reste fidèle à sa politique de redistribution de l'intégralité de son bénéfice net à ses actionnaires, via des rachats d'actions et des dividendes, a poursuivi Thomas Eichelmann, ajoutant que le versement de ces derniers représenterait entre 40% et 60% du bénéfice net. /BVO

(Peter Starck, version française Benoit Van Overstraeten)