6 février 2008 / 14:13 / dans 10 ans

LEAD 1 BMW détaille son plan d'économies mais déçoit le marché

par Michael Shields

FRANCFORT, 6 février (Reuters) - BMW (BMWG.DE) a présenté mercredi un programme de réduction des coûts de six milliards d‘euros d‘ici 2012, dont les deux tiers proviendront des économies réalisées sur les achats de matières premières nécessaires à la fabrication de ses voitures.

Exposant plus en détail le plan stratégique présenté le 27 septembre dernier, Norbert Reithofer, président du directoire du constructeur allemand, a ajouté que la baisse des coûts du personnel, à travers notamment la suppression de milliers d‘emplois, contribuerait également au programme d’économies, à hauteur de 500 millions d‘euros à partir de 2009.

BMW, qui emploie actuellement quelque 108.000 personnes, a précisé avoir conclu un accord avec les syndicats prévoyant un recours accru au travail temporaire, un renforcement du dispositif permettant des départs en retraite anticipée et le non-remplacement de postes laissés vacants.

BMW consacre actuellement 25 milliards d‘euros par an à l‘achat de matières et veut donc baisser ce total de 750 millions d‘euros par an d‘ici d‘ici 2012.

A la Bourse de Francfort, le titre BMW accusait l‘une des plus fortes baisses du DAX, reculant vers 14h00 GMT de 2,71% à 35,14 euros alors que l‘indice phare de la place boursière allemande avançait dans le même temps de 0,9%. L‘indice des valeurs automobiles européennes .SXAP cédait de son côté 1,15%.

“La présentation a permis de se faire une meilleure idée des projets de l‘entreprise en matière d‘amélioration de ses processus mais pas de corriger l‘impression dominante du marché que les objectifs de BMW sont trop loins dans le futur”, a estimé Stephen Cheetham, analyste chez Sanford Bernstein.

DISCUSSSIONS EN VUE D‘UN PARTAGE DES COMPOSANTS

Le groupe allemand a une nouvelle fois affiché son objectif d‘une marge opérationnelle de sa branche automobile comprise entre 8% et 10% d‘ici 2012 - contre 6% actuellement - tout en soulignant qu‘il lui faudrait du temps pour contrer l‘effet négatif de l‘appréciation de l‘euro.

“Cela prendra du temps d‘accélérer la couverture naturelle (contre cet effet de change), même si nous avons déjà bien progressé” en la matière, déclare dans un communiqué le directeur financier de BMW, Michael Ganal.

Dans le cadre d‘une stratégie visant à lisser les effets de change, le constructeur veut augmenter sa production aux Etats-Unis, son premier marché, qui a représenté un quart de ses ventes en 2007.

Michael Ganal a assuré que BMW “progressait” dans ses discussions avec d‘autres constructeurs en vue d‘arriver à un partage des composants ou des moteurs destiné à réaliser des économies de coûts et d’échelle.

BMW a déjà noué un partenariat avec PSA Peugeot Citroën (PEUP.PA), dans les petits moteurs et a engagé des pourparlers avec Mercedes (groupe Daimler (DAIGn.DE)).

Le constructeur veut réduire la part de son chiffre d‘affaires consacrée à la recherche & développement pour la ramener entre 5% et 5,5% au cours des prochaines années, contre 6,1% en moyenne sur les cinq derniers exercices. /SD/BVO

Version française Stanislas Dembinski et Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below