July 30, 2008 / 6:59 AM / 9 years ago

LEAD 2 Michelin tempère ses objectifs après ses résultats du S1

6 MINUTES DE LECTURE

(actualisé avec déclarations du gérant associé, cours, détails)

par Matthias Blamont et Marcel Michelson

PARIS, 30 juillet (Reuters) - Toujours confronté à l'augmentation des prix de ses matières premières, Michelin (MICP.PA) a modéré ses ambitions pour 2008 après avoir publié mercredi un résultat opérationnel courant en baisse de près de 18% au premier semestre.

Le géant mondial des pneumatiques, qui dispute régulièrement la place de numéro un mondial au japonais Bridgestone (5108.T), a néanmoins maintenu les objectifs de son plan stratégique "Horizon 2010." Ils prévoient pour 2010 une marge opérationnelle et une rentabilité des capitaux employés supérieures à 10%.

Un point d'étape sur le programme devrait faire l'objet d'une communication du groupe début d'octobre à l'occasion du Mondial de l'automobile de Paris.

"Dans un contexte mondial perturbé et difficile, et pour autant que les marchés pneumatiques du deuxième semestre ne se dégradent pas au-delà des prévisions actuelles, Michelin estime que, pour l'ensemble de l'année 2008, sa marge opérationnelle avant éléments non récurrents sera proche de celle réalisée au premier semestre (8,6%, ndlr)", écrit Michelin dans son communiqué de résultats.

Vers 11h05, le titre Michelin recule de 1,31% à 43,55 euros dans un marché globalement en hausse de 1,1%. Lors de la publication de son chiffre d'affaires du premier trimestre, Michelin avait indiqué qu'il s'attendait à ce que son résultat opérationnel avant éléments non récurrents sur l'année "approche celui réalisé en 2007." Celui-ci avait atteint 1.645 millions d'euros, représentant une marge de 9,8%.

"L'environnement du premier semestre a été particulièrement difficile. Nous avons subi une hausse sans précédent du coût des matières premières mais nous avons réagi avec des hausses de prix et il y en aura peut-être d'autres plus tard", a déclaré Jean-Dominique Senard, directeur financier et gérant associé de Michelin, au cours d'une conférence de presse.

Le dirigeant a expliqué que les objectifs 2008 avaient été modifiés en raison de la baisse du marché des pneumatiques en Europe de l'Ouest en mai et en juin. "Ce déclin a été exceptionnel et innatendu", a-t-il reconnu.

Croissance Des Volumes

Le géant mondial des pneumatiques a dégagé un résultat opérationnel avant éléments non récurrents de 708 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année et un résultat net en repli de 1,4% à 430 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en baisse de 1,9% à 8,23 milliards.

Les huit analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 426 millions d'euros et sur un résultat d'exploitation courant de 786,5 millions pour un chiffre d'affaires de 8.28 milliards.

A taux de change constants, les ventes de Michelin marquent une accélération de 4,2%. En volume, elles signent une hausse de 2%.

Michelin estime désormais que la hausse des prix des matières premières devrait avoir un impact d'environ 750 millions sur ses comptes en 2008, à comparer à 740 millions d'euros en 2007. Fin avril, il avait évalué le surcoût de l'exercice en cours à 600 millions d'euros.

Effet Prix

Le chiffre d'affaires de la division pneus tourisme-camionnette a reculé de 2,9% sur le semestre et celui de la branche poids lourds de 1,8%. Les ventes de la division pneus de spécialités se sont en revanche appréciées de 1,6%.

Si Michelin souligne avoir été pénalisé par l'évolution des parités monétaires, et plus particulièrement par la dépréciation de l'euro contre le dollar, la livre et le peso mexicain, la société a bénéficié du soutien de ses relèvements de prix.

"L'effet prix a été positif de 2,1%, en légère amélioration par rapport à celui constaté à la fin du premier trimestre. Il traduit la mise en oeuvre des hausses de prix annoncées au cours du premier trimestre par Michelin. Les nombreuses augmentations tarifaires annoncées au cours du deuxième trimestre ne commenceront à produire leurs effets qu'au cours de la deuxième partie de l'année", a expliqué Jean-Dominique Senard.

Interrogé sur l'éventuelle évolution du périmètre de l'équipementier allemand Continental (CONG.DE) - le groupe fait l'objet d'une offre de reprise par son compatriote Schaeffler - et sur une participation possible de Michelin dans un mouvement de consolidation en Europe, Jean-Dominique Senard a répondu que l'entreprise "ne regarderait pas passer les trains" mais que sa priorité était de répondre aux défis présents et de produire des résultats pour les actionnaires. /MB

Matthias Blamont, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below