LEAD 2 EADS - Ebit triplé, un md d'euros d'économies en plus

mercredi 30 juillet 2008 14h12
 

 (Actualisé avec nouvelles déclarations, cours, détails)
 par Jean-Michel Bélot et Tim Hepher
 PARIS, 29 juillet (Reuters) - EADS EAD.PA a bénéficié de
la vigueur de l'activité aéronautique sur les six premiers mois
de 2008 mais son résultat opérationnel s'est révélé inférieur
aux attentes du marché mercredi, une contre-performance due à la
poursuite de l'érosion du dollar à des charges liées au retard
du très gros porteur A380.
 Le groupe européen d'aéronautique et de défense a également
indiqué que le plan de réduction de coûts "Power 8" de sa
filiale Airbus avait dépassé ses objectifs et que de nouvelles
mesures baptisées "Power 8+" visant à réduire davantage l'impact
du billet vert sur les comptes du groupe allaient permettre un
milliard d'économies supplémentaires au niveau du résultat
d'exploitation au-delà de 2010.
 Avec "Power 8", EADS espère dégager 2,1 milliards
d'économies en année pleine à partir de 2010.
 Le résultat d'exploitation semestriel d'EADS a été multiplié
par trois à 1,15 milliard d'euros - les analystes attendait 1,3
milliard - alors que les résultats du premier semestre 2007
avaient été fortement amputés par des charges de restructuration
liées à la mise en place de "Power 8" et par le lancement du
nouveau long courrier A350 XWB.
 La baisse du dollar a donné lieu à 700 millions d'euros de
provisions supplémentaires, lesquelles ont pesé sur l'Ebit du
groupe, tout comme la charge de 715 millions liée aux retards de
production de l'A380.
 L'Ebit a en revanche été soutenu par une réduction des
charges de recherche & développement mais EADS a expliqué que
cette situation allait s'inverser au second semestre.
 Le chiffre d'affaires a augmenté de 8% à 19,7 milliards
d'euros pour un résultat net de 400 millions (contre 71 millions
au premier semestre 2007), confirmant la vigueur de l'activité
en dépit de la crise actuelle du transport aérien frappé par la
hausse du kérosène.
 "Les prochains mois seront décisifs pour l'industrie du
transport aérien", a prévenu Louis Gallois, président exécutif
d'EADS, au cours d'une conférence téléphonique.
 Vers 14h10, l'action EADS recule de 4,34% à 12,12 euros à la
Bourse de Paris. Depuis le 1er janvier, elle perd près de 45%.
 "Il n'y a pas d'éléments nouveaux qui ressortent et qui
pourraient inverser le sentiment négatif du marché, écrit
Olivier Brochet, analyste auprès de Natixis Securities, dans une
note de recherche, la profitabilité est toujours affectée par
des charges difficilement prévisibles."
 
 PREVISIONS CONFIRMEES, PRUDENCE SUR L'A400M
 Airbus, qui table sur environ 850 nouvelles commandes en
2008, a continué d'augmenter ses cadences de livraison, au
rythme de 245 avions au premier semestre contre 231 un an plus
tôt.
 La valeur des commandes du constructeur a reculé de 27% par
rapport au record de 70 milliards du premier semestre 2007. Elle
ont néanmoins permis à EADS de conforter son flux de trésorerie
disponible (1,0 milliard d'euros à fin juin).
 Hans Peter Ring, directeur financier, a pour sa part fait
valoir que "Power 8" contribuerait entre "600 et 800 millions
d'euros au résultat opérationnel 2008 (400 millions au S1,
ndlr)." Il a refusé de communiquer une estimation pour l'année
suivante.
 Revenant sur les questions financières au cours de son
intervention, Louis Gallois a expliqué que la faiblesse
persistante du billet vert imposait de prendre de nouvelles
dispositions pour rester compétitif face au concurrent américain
Boeing (BA.N: Cotation) dont les coûts sont en dollars.
 Hans Peter Ring a annoncé qu'EADS se préparait à consacrer
sept milliards de dollars à l'achat d'options sur le marché des
changes pour renforcer ses couvertures.
 "Power 8" passe notamment par des ventes de sites
industriels. La cession du site de Laupheim (Allemagne) aux
sociétés allemande Diehl et française Thales (TCFP.PA: Cotation) est en
cours de finalisation tandis que les négociations concernant la
cession du site de Filton (Royaume-Uni) se poursuivent.
 Début juillet, EADS a ouvert également des négociations
exclusives avec le groupe français Daher en vue d'une prise de
contrôle de Socata, sa filiale spécialisée dans l'aviation
légère et les aérostructures.
 Pour l'ensemble de 2008, EADS table toujours sur un Ebit de
1,8 milliard d'euros avec un chiffre d'affaires consolidé
supérieur à 40 milliards d'euros, sur la base de 470 livraisons
et d'un cours moyen de l'euro de 1,45 dollar. La devise
européenne se traitait mercredi à la mi-journée autour de 1,557
dollar.
 EADS s'est déclaré confiant pour ses objectifs, tout en se
disant prudent vis à vis du programme d'avion de transport
militaire A400M dont le premier vol, retardé à plusieurs
reprises, est désormais prévu à l'automne.
 Hans Peter Ring a également affirmé qu'EADS ne prévoyait pas
de nouvelles charges sur l'A380. /JMB/MB
 
 * Tableau des résultats [ID:nWEA3728]
 
 (Jean-Michel Bélot, édité par Jacques Poznanski