December 5, 2007 / 8:58 AM / in 10 years

LEAD 3 France Télécom - Objectifs 2008 sans grande surprise

7 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec présentation et le cours en clôture)

par Cyril Altmeyer

PARIS, 5 décembre (Reuters) - France Télécom FTE.PA a publié mercredi des prévisions pour 2008 en ligne avec les attentes du marché et sans surprise, provoquant des prises de bénéfices en Bourse sur son titre qui vient de beaucoup s'apprécier.

A l'occasion d'une journée réservée aux investisseurs, le groupe a ainsi indiqué que son dividende 2007 s'inscrirait dans une fourchette de 1,20 à 1,30 euro - à comparer à un consensus Reuters Estimates de 1,27 euro - au lieu d'un maintien à 1,20 euro prévu auparavant.

Il a également dit prévoir un cash flow organique d'au moins 7,5 milliards d'euros pour 2008, soit un niveau stable par rapport à l'objectif pour 2007 qui avait été relevé fin octobre.

L'opérateur se base sur une stabilisation du taux de marge brute opérationnelle (MBO) en 2007 comme en 2008 par rapport à celui de 35,9% enregistré en de 2006 - en ligne avec les prévisions du consensus Reuters Estimates.

L'action a clôturé en baisse de 1,80% à 25,64 euros alors que l'indice paneuropéen DJ Stoxx des télécoms .SXKP a pris 0,8%. Le titre a gagné près de 23% depuis le début de l'année, surperformant l'indice DJ Stoxx, en hausse de 16% sur la période.

"Les objectifs 2008 sont en ligne avec le consensus, le dividende un peu décevant, il est difficile de parier sur le long terme qui manque encore de visibilité et l'action a fortement monté récemment", a résumé Antoine Pradayrol, analyste chez Exane BNP Paribas, qui a un objectif de cours de 25,2 euros avec une recommandation à "neutre" piur la valeur.

Plusieurs analystes soulignent aussi que France Télécom pâtit de la comparaison avec Telefonica (TEF.MC), qui a publié le 11 octobre des objectifs précis jusqu'en 2010.

Croissance 2008 en Ligne Avec Le Marche

L'opérateur dont l'objectif est de distribuer 40 à 45% de son cash flow organique à ses actionnaires, a également confirmé viser un taux d'investissement à environ 13% de son chiffre d'affaires en 2007 et en 2008. Il prévoit de continuer à ce rythme au-delà de 2008, après la fin de son plan "Next" sur trois ans.

Pour 2008, il anticipe une croissance du chiffre d'affaires "en ligne avec celui de ses marchés". Le consensus Reuters table pour sa part sur une progression de 1,2%, à 53,5 milliards d'euros.

S'agissant de 2007, le groupe avait déclaré fin octobre s'attendre à une croissance similaire au rythme de 2,5% enregistré sur les neuf premiers mois.

A moyen terme, le P-DG Didier Lombard a déclaré lors d'une présentation tabler sur une croissance d'"au moins 2 à 3%" entre 2007 et 2010 pour le coeur de métier du groupe, à savoir la téléphonie fixe et mobile et internet, sans prendre en compte les relais de croissance comme les nouveaux services. France Télécom a fait état également d'une dette nette de 39,7 milliards d'euros au 30 septembre contre 42,1 milliards au 30 juin. En se basant sur le consensus Reuters de 18,9 milliards d'euros de MBO 2007, le ratio dette/MBO ressortirait en fin d'année à 2,1, contre 2,25 à fin juin, une évolution en ligne avec l'objectif du plan "Next" qui prévoit un ratio inférieur à 2 d'ici fin 2008.

Acquisitions Selectives

Le groupe a réaffirmé également mercredi sa politique d'acquisitions "prudente et sélective visant principalement des cibles dans des marchés à fort potentiel".

France Télécom a ainsi récemment intensifié son offensive en Afrique. En novembre, il a obtenu l'acquisition de 51% de Telkom Kenya dans le cadre d'un consortium et une licence fixe-mobile-internet au Niger pour 48 millions d'euros. L'opérateur est également donné favori pour la privatisation de 51% de Ghana Telecom.

Dans sa présentation, le groupe a dit viser une poursuite de l'amélioration de sa croissance de son chiffre d'affaires en 2008 sur les marchés de téléphonie mobile très concurrentiels que sont le Royaume-Uni et en Espagne, où elle a été respectivement de 7% et de 4,4% au troisième trimestre contre 1% et 2,3% au premier trimestre.

En France, la croissance devrait être "faible" l'année prochaine dans la téléphonie mobile en raison de la nouvelle baisse prévue des tarifs des terminaisons d'appel - versées par un opérateur à un autre pour l'utilisation de son réseau - et de celle des frais d'itinérance ("roaming") abaissant les tarifs des communications pour les voyageurs au sein de l'Union européenne.

Au 30 septembre, Orange revendiquait 23,5 millions d'abonnés à la téléphonie mobile en France, soit une part de marché de 44,4%, et 6,9 millions de clients à l'ADSL, soit 49,3% du marché.

Dans un communiqué séparé, Orange a annoncé mercredi avoir vendu en cinq jours près de 30.000 iPhone d'Apple (AAPL.O) pour lequel il a obtenu la commercialisation exclusive en France.

Didier Lombard, P-DG de France Télécom, avait déclaré la semaine dernière qu'il comptait vendre près de 100.000 iPhone d'ici la fin de l'année, avec une fourchette centrale de 400.000-500.000 en année pleine. (Plus de détails: [ID:nPAT008421]) /CA

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below