Universal accentue sa domination sur l'industrie du disque

vendredi 4 avril 2008 07h53
 

LONDRES, 3 avril (Reuters) - Les succès d'Amy Winehouse et Mika en 2007 ont permis à Universal Music d'accentuer sa domination sur l'industrie musicale et d'atteindre 30% des parts de marché, selon une récente étude.

L'ensemble du secteur du disque est morcelé entre des centaines de labels indépendants et quatre majors, Universal (VIV.PA: Cotation), Sony BMG, Warner WMG.N et EMI, qui ont toutes subi les effets du passage au numérique et du téléchargement pirate.

Selon les données d'Informa Telecom et Media Publication Music & Copyright, Universal a poursuivi son développement en 2007. Sa part de marchés dans le domaine de la musique enregistrée est passée de 25,7% en 2006 à 28,8% l'an dernier. Sony BMG est deuxième avec 20,1%, devant Warner avec 14,4% et EMI avec 10,9%.

Ce dernier a été particulièrement touché par les mutations du secteur mais a également fait les frais d'une année 2007 pauvre en matière de catalogue. Le groupe, qui édite Coldplay ou les Beatles, est passé sous le contrôle de Terra Firma l'année dernière.

Selon Phil Hardy, responsable de la revue Music & Copyright, la valeur commerciale de la musique enregistrée, qu'elle soit commercialisée sur support physique ou sous forme seulement numérique, à reculé de 8,3% en 2007 à 18,9 milliards de dollars (12 milliards d'euros).

Les ventes de musique numérique sont passées de 2,1 milliards de dollars en 2006 à 2,9 milliards de dollars en 2007, soit un peu moins de 15% du chiffre d'affaires total. /NDE (Kate Holton, version française Nicolas Delame)