UBS - Des analystes prédisent une nlle augmentation de capital

jeudi 3 juillet 2008 14h48
 

ZURICH, 3 juillet (Reuters) - Des analystes américains anticipent une nouvelle augmentation de capital chez UBS UBSN.VX, ne croyant pas le président du conseil d'administration Peter Kurer qui a catégoriquement démenti un tel scénario.

UBS UBSN.VX compte encore des positions à risques pour près de 83 milliards de dollars dans ses livres, et les marchés tablent sur de nouvelles dépréciations d'un montant de sept milliards au deuxième trimestre, rappelle Citigroup dans une étude publiée mercredi.

Selon l'analyste Jeremy Sigee, ces correctifs pourraient provoquer une perte de 4,5 milliards de francs suissses, réduisant d'autant les fonds propres du numéro un mondial de la gestion de fortunes.

Ce ne serait donc pas une surprise si la banque se tournait à nouveau vers les marchés ou vendait une partie de ses actifs, résume l'analyste.

UBS court en outre le danger de connaître des déboires juridiques aux Etats-Unis où les services fiscaux veulent avoir accès à ses comptes dans le but d'identifier des ressortissants américains suspects d'évasion fiscale.

Certains analystes anticipent également que la banque fasse état d'une sortie nette de capitaux dans sa gestion de fortunes au deuxième trimestre, ce qui serait une première depuis huit ans.

Meredith Whitney, analyste chez Sal. Oppenheim, s'attend à des dépréciations de huit milliards de dollars et à une perte de par action de 2,03 dollars. Le capital-titres d'UBS s'élève à 2,9 milliards de valeurs.

Ces études ont ébranlé UBS dans les premiers échanges, faisant chuter son action à 19,94 francs avant que celle-ci ne se reprenne à 20,34 francs, perdant toutefois 1,36%.

Toutefois, le scénario d'une troisième augmentation de capital ne fait pas l'unanimité parmi les analystes, à l'image de Christian Stark chez Cheuvreux. Il estime qu'UBS ne se lancera dans une telle opération que si son ratio de fonds propres Tier-1 chute sous les 10%.

Une possibilité qui ne prendrait corps que si la banque essuye une perte trimestrielle supérieure à huit milliards de dollars, ce qu'aucun analyste ne prévoit.

UBS publie ses comptes pour le deuxième trimestre le 12 août. Assez longtemps donc pour que les spéculations ne s'éteignent pas, à moins que la direction ne donne des indications anticipées, même imprécises, ce qui serait bienvenu dans le contexte actuel, selon la banque privée suisse Wegelin. /PS