LEAD 1 Wachovia limoge son DG après l'accroissement des pertes

lundi 2 juin 2008 15h57
 

par Jonathan Stempel

BANGALORE, 2 juin (Reuters) - Wachovia WB.N, quatrième banque des États-Unis, a annoncé lundi le limogeage de son directeur général Ken Thompson au terme d'une série de d'échecs qui ont pesé sur la performance du groupe.

Le rachat en octobre 2006, pour 24,2 milliards de dollars (15,6 milliards d'euros), du spécialiste californien de prêts immobiliers Golden West Financial a en particulier été jugé inopportun par les investisseurs et finalement par Thompson lui-même. Cette opération est intervenue quelques mois avant l'éclatement de la crise immobilière aux Etats-Unis alors que le prix de cet actif était au plus haut.

Wachovia a indiqué que Thompson allait quitter ses fonctions à la demande du conseil d'administration. Lanty Smith, président de la banque, assurera l'intérim.

Ben Jenkins, vice-président du groupe et patron de la branche de banque de détail et de banque d'affaires, a été nommé directeur général adjoint par intérim.

Smith a précisé que la banque n'était "absolument pas" dans une situation de crise actuellement et qu'il n'y avait "pas de nouveau problème" à annoncer, à l'occasion du départ de Thompson.

"Nous ne pensons certainement pas" que la banque va devoir lever de nouveaux capitaux en 2008 mais "il ne faut jamais dire jamais", a ajouté Smith.

Thompson était directeur général depuis avril 2000 et président jusqu'en avril dernier, depuis cinq ans. Il rejoint la liste des patrons de banques ayant perdu leur travail depuis le début de la crise mondiale du crédit l'été dernier, comme Charles Prince, de Citigroup (C.N: Cotation) et Stanley O'Neal, de Merrill Lynch MER.N.

"Il y a eu un flot régulier de mauvaises nouvelles, qui ont dû réduire la confiance dans le contrôle sur le groupe", estime Kevin Fitzsimmons, analyste chez Sandler O'Neal & Partners. "Il y a peut-être aussi le sentiment que la crédibilité de Ken (Thompson) a pu être entamée auprès des investisseurs, au point que le conseil d'administration a décidé qu'il valait mieux changer de tête".   Suite...