Le bénéfice de Bombardier baisse, la demande reste insuffisante

jeudi 3 décembre 2009 16h05
 

TORONTO, 3 décembre (Reuters) - Bombardier (BBDb.TO: Cotation) a annoncé jeudi que son bénéfice trimestriel avait reculé de 26%, conformément aux attentes des marchés, la baisse de la demande pour ses activités aéronautiques étant partielement compensée par le solidité de ses activités dans le rail.

Le troisième acteur mondial de la construction aéronautique civile et premier constructeur de trains, a dégagé un bénéfice de 168 millions de dollars, soit neuf cents par action, au troisième trimestre contre 226 millions (12 cents par action).

Le chiffre d'affaires est resté inchangé à 4,6 milliards de dollars.

Les analystes interrogés par Thomson Reuters I/B/E/S attendaient en moyenne un bénéfice par action de neuf cents sur un chiffre d'affaires de 4,58 milliards de dollars

"C'est un trimestre solide pour Bombardier dans un environnement hostile", note Rama Bondada, analyste chez Macquarie Equities Research. "Ainsi que nous l'attendions, les difficultés dans l'aéronautique ont été compensées par les activités dans le rail et nous pensons que ce scénario devrait se poursuivre à court terme."

Le canadien a livré 61 appareils durant le trimestre, 19 de moins que l'année dernière, portant le chiffre d'affaires du segment Bombardier Aerospace à 2,06 milliards, en baisse de 9%.

Bombardier reconnaît que ses activités aéronautiques continuent d'affronter des vents contraires, tout en soulignant que certains signes tendraient à montrer une certaine stabilisation. Les commandes nettes d'avions d'affaires, le segment le plus rentable du groupe, sont ainsi revenues dans le vert pour la première fois en un an.

Le groupe annonce en outre qu'AMR Eagle Holding, maison mère d'American Eagle Airlines, a signé une commande ferme de 22 CRJ700, des jets régionaux. L'accord, qui n'a pas été comptabilisé dans les chiffres du troisième trimestre, représente 779 millions de dollars.

Bombardier a annoncé la semaine dernière 715 suppressions de postes qu'il a imputé à un manque de nouvelles commandes de jets CRJ. Ces licenciements viennent s'ajouter aux 4.360 déjà mis en oeuvre cette année en raison d'une baisse de la production.   Suite...