La participation de l'Irlande dans AIB pourrait augmenter

mardi 1 décembre 2009 13h57
 

DUBLIN/LONDRES, 1er décembre (Reuters) - Allied Irish Banks (ALBK.I: Cotation) suspend le paiement des dividendes et de certains coupons, ce qui pourrait forcer l'Irlande à relever sa participation dans la banque à plus de 40%.

La Commission européenne a empêché des banques comme Royal Bank of Scotland (RBS.L: Cotation) de payer certains dividendes en échange des aides publiques qu'elles ont reçues. Allied Irish Banks (AIB) est venu rejoindre leurs rangs mardi.

Ceci pourrait forcer l'Irlande à monter au capital d'AIB, la suspension du paiement de certains coupons obligataires ayant pour effet de déclencher l'arrêt de certains autres versements en cash.

Il se peut donc que Dublin doive prendre 17% supplémentaires dans la banque irlandaise, ce qui établirait sa participation à 42%, d'après Anna Lalor, analyste chez Goodbody Stockbrokers.

Il pourrait y avoir des implications similaires pour Bank of Ireland (BKIR.I: Cotation), détenue à 25% par l'Etat irlandais.

AIB a indiqué qu'elle négociait avec la Commission européenne et qu'elle espérait être autorisée à payer rétrospectivement les coupons obligataires et le dividende en numéraire sur les actions préférentielles.

Des analystes, comme Alexander Plenk d'UniCredit, pensent qu'il est peu probable qu'AIB soit autorisée à effectuer ces paiements "dans la mesure où cela entrerait en contradiction avec les lignes directrices de la Commission européenne et la pratique courante dans d'autres pays".

L'Irlande a injecté 3,5 milliards d'euros dans AIB et Bank of Ireland en 2008 et mis en place une structure de défaisance ("bad bank") qui doit permettre aux banques touchées par la crise de transférer des créances douteuses. (Pour plus de détails [ID:nGEE5AT20N])

L'action AIB est en baisse de 3,87% à 1,49 euro.

(Steve Slater, version française Sonia Manueco)

((Service Economique. Tel 01 49 49 53 87. Reuters Messaging: sonia.manueco.thomsonreuters.com@reuters.net))