30 novembre 2009 / 13:11 / il y a 8 ans

LEAD 2 Thomson - Procédure de sauvegarde jusqu'à février 2010

* Créanciers bancaires et obligataires convoqués les 21 et 22 décembre pour voter la restructuration de la dette * Assemblée générale le 27 janvier 2010 * Niveaux de dette et de trésorerie sans grand changement depuis le fin septembre

par Cyril Altmeyer

PARIS, 30 novembre (Reuters) - Thomson TMS.PA a annoncé lundi l‘ouverture d‘une procédure de sauvegarde afin de conclure la restructuration de sa dette d‘ici février 2010.

Le fournisseur de services et d’équipements pour les studios de cinéma et les chaînes de télévision précise dans un communiqué qu‘il convoquera les créanciers bancaires et obligataires respectivement les 21 et 22 décembre pour voter sur un plan de restructuration de sa dette.

Ce plan sera basé sur l‘accord conclu le 24 juillet avec ses principaux créanciers lui permettant de réduire sa dette senior de 45% au moyen de la conversion d‘une partie de cette dette en actions et obligations remboursables en actions. (Plus de détails [nGEE5AM00K])

Le groupe avait donné à ces créanciers jusqu’à fin novembre pour accepter ce plan de restructuration. Ceux-ci avaient accordé un moratoire expirant ce lundi.

“La sauvegarde est le seul moyen juridique pour finaliser la mise en oeuvre d‘une restructuration de la dette”, a expliqué le P-DG de Thomson, Frédéric Rose, lors d‘une conférence téléphonique.

Une assemblée générale sera réunie le 27 janvier 2010 pour voter le plan de restructuration - et également le changement de nom de la société.

Si le plan n‘est pas adopté par les deux tiers des créanciers fin décembre ou rejeté par les actionnaires fin janvier, Thomson demandera le 23 décembre au tribunal de commerce de Nanterre d‘imposer un plan de sauvegarde.

“Ce plan pourrait prévoir un maintien de la dette actuelle, un remboursement du principal rééchelonné sur dix ans avec un remboursement annuel de 5% lors des neuf premières années, le taux d‘intérêt restant au niveau de celui des contrats d‘endettement actuels”, précise Thomson.

La dette financière nette estimée s’établissait à 2.170 millions d‘euros au 30 septembre contre 2.311 millions au 30 juin. La position de trésorerie estimée à la fin du troisième trimestre s’élevait à 551 millions d‘euros, comparé à 511 millions d‘euros au 30 juin.

Frédéric Rose a précisé que ces niveaux n‘avaient pas varié de manière notable depuis.

Il a souligné qu‘aucun créancier ne s’était opposé à l‘accord de restructuration de la dette, le groupe ayant même recueilli de nouvelles signatures.

IDENTIFIER LES DÉTENTEURS DE LA DETTE

La plupart des créanciers seniors n‘ayant pas signé l‘accord de restructuration avaient conclu des contrats de CDS (Crédit Default Swap) pour couvrir leurs positions.

Certains créanciers - comme la Deutsche Bank (DBKGn.DE) qui détenait environ 400 millions d‘euros de dette de Thomson - ont préféré exercer leurs droits sur leurs CDS en participant à une vente aux enchères qui a eu lieu fin octobre.

Un mois après la fin du processus, il n‘a toujours pas été possible d‘identifier les nouveaux propriétaires de la dette du groupe, a expliqué Frédéric Rose.

“C‘est la raison principale pour laquelle nous entrons en sauvegarde car il est très difficile de finaliser la mise en oeuvre de la restructuration de la dette sans pouvoir identifier les détenteurs du papier”, a-t-il dit. “Le seul mécanisme pour arriver à identifier les détenteurs du papier passe par cette procédure qui permettra de ‘geler’ les créanciers à une date certaine et de les inviter à voter”.

La procédure de sauvegarde, qui correspond à une version française du “Chapter 11” américain, est préventive. Décidée par le tribunal de commerce, elle permet à une entreprise qui dispose d‘une trésorerie positive de poursuivre son activité et de négocier avec ses créanciers en bénéficiant de la suspension de l‘exigibilité de ses dettes.

“Nous n‘avons pas de problème de liquidités et nous ne cherchons pas du capital supplémentaire”, a souligné Frédéric Rose. “Opérationnellement, la société continue de vivre”.

Thomson a accusé une chute de 19,4% du chiffre d‘affaires de ses activités poursuivies au troisième trimestre à taux de change constants à 803 millions d‘euros, donnant un recul de 15,4% sur le nouveau périmètre du groupe. [ID:nLL171154] Frédéric Rose n‘a pas souhaité donner de nouvelles indications sur le plan de cessions d‘actifs non stratégiques que Thomson espère conclure d‘ici la fin de l‘année. Parmi ces actifs, qui représentent 1,1 milliard d‘euros de ce chiffre d‘affaires, figurent le fournisseur d’équipements Grass Valley et les régies publicitaires PRN et Screenvision.

L‘action, suspendue lundi, a clôturé à 1,06 euro vendredi, donnant une capitalisation de 286 millions d‘euros. Les transactions devraient reprendre mardi.

(Avec la contribution de Raoul Sachs, Julien Ponthus et Florent Le Quintrec, édité par Benoît Van Overstraeten)

Service économique. Tel 01 49 49 55 42. Reuters Messaging: cyril.altmeyer.reuters.com@reuters.neté

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below