30 novembre 2009 / 07:10 / dans 8 ans

Veolia - Le nouveau DG veut mettre l'accent sur la rentabilité

* La dette est moins primordiale, selon Frérot

* Pas de vente d‘une des activité du groupe

* “Priorités” pour les développements et désinvestissement

PARIS, 30 novembre (Reuters) - Le principal défi de Veolia Environnement (VIE.PA) réside davantage dans l‘amélioration de sa rentabilité que dans la gestion de sa dette, a déclaré son nouveau directeur général, Antoine Frérot, lors d‘un entretien au quotidien Les Echos publié lundi.

Antoine Frérot, qui vient de succéder à Henri Proglio à la direction opérationnelle du groupe après la nomination de ce dernier à la tête d‘EDF (EDF.PA), a en outre exclu de céder l‘une des activités de Veolia et indiqué que le numéro un mondial des services à l‘environnement se fixerait des priorités en matière de développements et de désinvestissements.

“La dette de Veolia (...) est la même qu‘il y a dix ans. Mais, depuis lors, l‘entreprise dégage 1,5 fois plus de ‘cash-flow’ ! Ajoutons que nous n‘avons aucun problème de liquidité, aucun remboursement important d‘ici à 2012 et disposons d‘importantes lignes de crédit. Notre défi est donc moins notre dette que notre rentabilité qui a diminué depuis deux ans”, a déclaré le nouveau directeur général de Veolia.

“Nos quatre spécialités sont au coeur d‘une politique de développement durable des collectivités publiques comme des industriels. Ce serait donc une erreur de se séparer de l‘un d‘entre eux. Je ne le ferai pas. Notre défi, c‘est de faire la preuve, davantage encore, de leur complémentarité.” “Nous devons gagner en sveltesse et abaisser nos points morts”, a ajouté Antoine Frérot, rappelant que le groupe a porté de 180 millions à 220 millions d‘euros son programme d’économies pour 2009 - auxquels s‘ajoutent 100 millions dans la propreté cette année - et qu‘il vise 220 millions supplémentaires de baisses de coûts pour 2010.

“Nous allons par ailleurs faire des choix et fixer les critères de priorité pour nos développements et nos désinvestissements. D‘ici au mois de mars, je serai en mesure d‘expliquer ces choix et de prendre des engagements pour les trois à cinq ans qui viennent.”

VEOLIA “SE BATTRA” POUR LE CONTRAT SEDIF

Evoquant ses projets pour Dalkia, filiale de services énergétiques dont Veolia détient 66% du capital alors qu‘EDF en contrôle 34%, Antoine Frérot a en outre déclaré : “Il me semble aujourd‘hui qu‘il peut être de l‘intérêt des deux groupes de faire évoluer cette situation. D‘abord en renforçant nos coopérations industrielles, notamment à l’étranger, et pas seulement au travers du seul secteur de l’énergie.”

“Et donc aussi en clarifiant l‘actionnariat de Dalkia et en permettant à EDF de pouvoir collaborer et d’être impliqué avec l‘ensemble des équipes de notre groupe. Pour cette évolution actionnariale, il est évident que le travail d’évaluation se ferait sous l‘oeil attentif des administrateurs indépendants des deux groupes.”

Le quotidien Le Monde écrivait dans son édition de vendredi qu‘EDF pourrait monter jusqu’à 15% du capital de Veolia, contre 3,9% actuellement, en lui cédant sa participation de 34% dans leur filiale commune de services énergétiques Dalkia, confirmant des informations obtenues par Reuters. (Plus de détails [ID:nGEE5AP09F] et [ID:nLU241436])

Antoine Frérot a également confirmé aux Echos qu‘une introduction en Bourse de Veolia Transport après sa fusion avec Transdev “pourrait être possible d‘ici à la fin de l‘année prochaine” et a indiqué qu‘il espérait trouver un accord avec la Caisse des Dépôts “d‘ici à la fin de l‘année” sur la valorisation de Transdev.

Evoquant l‘appel d‘offres du Syndicat des eaux d‘Ile-de-France (Sedif) pour la gestion, qui porte sur la distribution d‘eau potable aux 4,2 millions d‘habitants de 142 communes, il a déclaré que le groupe “(se battrait) jusqu‘au bout pour le conserver”.

Ce contrat représente aujourd‘hui pour Veolia un chiffre d‘affaires annuel de 350 millions d‘euros et trois autres candidats à son renouvellement : Suez Environnement (SEVI.PA), Saur et le tandem Dericheboug-Remondis. La remise des offres est prévue d‘ici au 4 décembre.

(Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Service économique. Tel 01 49 49 55 62. Reuters messaging : benjamin.mallet.reuters.com@reuters.net

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below