BPCE-François Pérol se dit en mesure de poursuivre son mandat

jeudi 19 février 2015 11h55
 

PARIS, 19 février (Reuters) - Le président du directoire de BPCE a déclaré jeudi être en mesure de poursuivre son mandat à la tête du groupe bancaire mutualiste malgré son renvoi en correctionnelle pour prise illégale d'intérêt.

Début février, des sources judiciaires ont déclaré à Reuters que François Pérol s'était vu notifier ce renvoi dans le cadre d'une enquête sur les conditions de sa nomination à la tête de BPCE en 2009.

La loi interdit à un fonctionnaire de travailler pour une entreprise qu'il a surveillée, avec laquelle il a conclu un contrat ou qu'il a conseillée sur ses opérations dans les trois ans précédant son passage du public au privé. La prise illégale d'intérêt est passible de deux ans de prison et de 30.000 euros d'amende.

"Il s'agit de savoir si lorsque j'étais conseiller du président de la République (Nicolas Sarkozy, NDLR) j'ai bien agi comme un conseiller ou si je suis sorti du cadre de mes fonctions et me serais substitué aux autorités compétentes", a fait valoir François Pérol devant des journalistes, à l'occasion de la présentation des comptes annuels du groupe.

"C'est le point de droit qui sera jugé prochainement, très probablement cette année", a-t-il ajouté.

François Pérol a estimé être resté dans son rôle.

"J'ai toujours agi en qualité de conseiller du président et je ne suis pas sorti du cadre de mes fonctions. C'est une affaire qui me concerne à titre personnel (...) M'empêche-t-elle de diriger le groupe? Non. A-t-elle une influence sur ma manière de diriger le groupe? Non. Mon engagement au service de BPCE est le même depuis six ans", a-t-il dit.

Le dirigeant a indiqué avoir reçu mercredi soir un nouveau "témoignage de soutien" du conseil de surveillance de BPCE.

Le mandat de François Pérol a en outre été renouvelé en novembre 2012. Il doit prendre fin en mai 2017. (Matthias Blamont, édité par Dominique Rodriguez)