LVMH décélère au T1, la mode-maroquinerie tombe à zéro

lundi 11 avril 2016 18h11
 

PARIS, 11 avril (Reuters) - LVMH a vu sa croissance organique ralentir au premier trimestre, plombée par la stagnation des ventes de sa division phare, la mode-maroquinerie, dans un environnement difficile pour le luxe.

Les ventes du géant mondial du luxe ont progressé de 4% à 8,620 milliards d'euros, un chiffre inférieur au consensus Thomson Reuters de 8,719 milliards d'euros.

A taux de change constants, la croissance a reculé à 3%, après 5% au quatrième trimestre 2015, alors que les analystes tablaient en moyenne sur une progression comprise entre 4% et 5%.

Au centre de l'attention des investisseurs, la division mode et maroquinerie qui loge Louis Vuitton, principal contributeur aux profits du groupe, a vu ses ventes stagner à taux de change constants - après une croissance de 3% au dernier trimestre de 2015 et 4% sur l'ensemble de l'année dernière - alors que les analystes attendaient une hausse d'environ 3%.

Dans les vins et spiritueux (Moët & Chandon, Dom Perignon, Hennessy), deuxième division la plus rentable du groupe, la croissance organique a accéléré le pas (+6% après +4% au 4e trimestre 2015), la très forte progression du cognac Hennessy aux Etats-Unis compensant ses faiblesses en Chine, où le premier trimestre enregistre cependant une "meilleure dynamique". (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)