Société générale-Difficultés attendues cette année en Russie

jeudi 12 février 2015 07h00
 

PARIS, 12 février (Reuters) - Société générale a prévenu jeudi s'attendre à une année difficile en Russie, dont l'économie subit actuellement les effets d'une grave crise économique et financière, après avoir publié des résultats 2014 en hausse, soutenus par ses activités de banque de financement et d'investissement.

La deuxième banque française cotée, très présente en Russie via sa filiale Rosbank, anticipe un doublement du coût du risque de ses activités russes en 2015 alors que la chute des cours du pétrole et les sanctions occidentales liées au conflit ukrainien plombent l'activité et prévoit de continuer à réduire les financements intragroupes des entités de ce pays.

Société générale a également augmenté sa provision collective pour litiges de 200 millions d'euros au second semestre, provision qui totalise désormais 1,1 milliard d'euros.

La banque a décidé de mener un audit de ses transactions en dollar pour déterminer d'éventuelles infractions à la législation américaine en matière d'embargos et pour lesquelles BNP Paribas a consenti à s'acquitter d'une amende record l'an passé.

Société générale affiche au quatrième trimestre un résultat net multiplié par près de trois à 511 millions d'euros - il avait été lesté un an plus tôt par le paiement d'une amende liée à "l'affaire Euribor" -, portant son bénéfice annuel à près de 2,7 milliards.

Le produit net bancaire signe pour sa part une progression de 5% sur l'ensemble de l'exercice à 23,56 milliards d'euros.

Le conseil d'administration proposera à la prochaine assemblée générale un dividende de 1,2 euro par action au titre de 2014, ce qui représente un taux de distribution hors exceptionnels de 40%. Société générale se fixe pour objectif de restituer 50% de son résultat 2015. (Matthias Blamont, Leigh Thomas, édité par Juliette Rouillon)