UE-La Suède donnera la priorité aux déficits et à la régulation

mardi 9 juin 2009 22h57
 

BRUXELLES, 9 juin (Reuters) - La réduction des déficits et la mise en place de règles financières plus strictes mais moins nombreuses seront au coeur de la présidence suédoise de l'Union européenne, a déclaré mardi le Premier ministre Fredrik Reinfeldt.

La Suède prendra la présidence de l'UE le 1er juillet pour un semestre, à la suite de la République tchèque.

Durant cette période, Stockholm entend également étudier les moyens de réformer le système de bonus des cadres de la finance afin d'éviter qu'ils n'encouragent les pratiques imprudentes, a dit Reinfeldt, en visite à Bruxelles.

"Je perçois une transition du débat sur davantage de relance vers des discussions sur la fin des déficits excessifs", a-t-il déclaré, en référence à l'adoption de plans de relance massifs pour lutter contre la crise économique et financière, qui ont lourdement grevé les comptes des Etats.

"Nous pensons qu'il est très important pour la stabilité (...) de se concentrer sur les déficits et qu'on y prêtera encore davantage d'attention désormais que lors des six ou huit derniers mois", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre suédois de centre-droit a souligné que la supervision financière devrait être renforcée afin de restaurer la confiance sur les marchés financiers et d'assurer leur bon fonctionnement, mais a privilégié une approche qualitative.

"Nous pensons qu'il vaut mieux un peu de régulation efficace que trop de régulations, qui pourraient embarrasser les marchés", a-t-il affirmé.

Il a en outre estimé que la Suède devrait affronter de nombreux défis lorsqu'elle prendra la succession de Prague et a reconnu qu'il faudrait composer avec les différends entre Etats membres.

Les ministres des Finances des Vingt-sept se réunissaient mardi et se sont engagés à réduire les déficits lorsque la croissance serait de retour. Mais les propositions en vue d'instituer une régulation financière paneuropéenne se sont heurtées à des résistances, britannique et allemande notamment. (Timothy Heritage, version française Grégory Blachier)