Canada-Statu quo sur les taux, prévisions de croissance réduites

mercredi 19 octobre 2016 16h21
 

OTTAWA, 19 octobre (Reuters) - La Banque du Canada a comme prévu laissé inchangé son taux d'intervention mercredi tout en réduisant ses prévisions de croissance de 2016 et de 2017, évoquant un ralentissement du marché immobilier et des perspectives moins encourageantes pour l'exportation.

Le taux d'intervention est resté à 0,5%, niveau dont il n'a plus bougé depuis juillet 2015.

La banque centrale prévoit à présent une croissance de 1,1% en 2016 et de 2,0% en 2017 au lieu de 1,3% et 2,2% respectivement anticipés voici trois mois.

"Cette projection implique que l'économie retournera à son plein potentiel vers le milieu de 2018, soit nettement plus tard que la Banque l'avait anticipé en juillet", écrit la Banque du Canada dans un communiqué.

Une fois de plus, la banque centrale pointe du doigt les exportations pour expliquer la conjoncture économique dégradée et même si elles se sont améliorées et si le dollar local s'est déprécié, ce n'est pas suffisant a priori pour récupérer le terrain perdu au premier semestre 2016.

"On prévoit que la croissance des exportations en 2017 et en 2018 sera plus lente que prévu auparavant, en raison des estimations plus faibles relatives à la demande mondiale, d'une composition de la croissance de l'économie américaine qui semble moins favorable pour les exportations canadiennes, et des défis sur le plan de la compétitivité auxquels continuent de faire face les entreprises canadiennes", observe la Banque du Canada.

Cette dernière compte sur des mesures de relance budgétaires, sur une politique monétaire accommodante et sur le renforcement de l'économie des Etats-Unis pour restituer à l'économie locale son plein potentiel.

(Andrea Hopkins et Leah Schnurr, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)