La Norvège poursuivie pour des permis de prospection pétrolière

mardi 18 octobre 2016 15h03
 

OSLO, 18 octobre (Reuters) - Les mouvements de défense de l'environnement Greenpeace Nordic et Nature & Youth ont porté plainte mardi contre le gouvernement norvégien, qu'ils accusent de violer les engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat en accordant des permis de prospection pétrolière en mer de Barents.

"Quand on sait que les quantités de gaz et de pétrole des gisements existants représentent aujourd'hui davantage que ce que nous pouvons utiliser dans le cadre d'un budget climatique de 1,5°, c'est de la folie d'en ouvrir de nouveaux", a fait valoir Truls Gulowsen, directeur de Greenpeace Norvège, interrogé par Reuters.

L'accord de Paris prévoit de contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C par rapport à l'ère préindustrielle et, si possible, de poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C.

D'ici 2030, la Norvège doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% par rapport à 1990 dans le cadre de cet accord, qui n'est toutefois pas contraignant.

Oslo a accordé en mai dix nouveaux permis de prospection qui concernent pour la première fois une zone frontalière de la Russie en mer de Barents.

Les compagnies américaines ConocoPhillips et Chevron , la norvégienne Statoil, la russe Lukoil et la suédoise Lundin Petroleum LUPE.ST font partie des lauréats.

(Alister Doyle, Jean-Philippe Lefief pour le service français)