Un lauréat du Nobel juge trop complexe la rémunération des PDG

mardi 11 octobre 2016 23h54
 

BOSTON, 11 octobre (Reuters) - L'un des deux lauréats du prix Nobel d'économie 2016 a estimé mardi que les rémunérations des dirigeants d'entreprises étaient trop complexes et il a dénoncé le recours excessif aux consultants extérieurs en la matière, des critiques similaires à celle de certains investisseurs activistes.

Bengt Holmström, un Finlandais qui partage la prestigieuse récompense avec l'Américain d'origine britannique Oliver Hart pour leurs travaux sur la théorie des contrats, a jugé que trop souvent, les mécanismes de rémunération des dirigeants prévoyaient des conditions ou des objectifs à long terme qui les rendaient exagérément complexes.

"Il faut qu'ils arrivent à quelque chose de plus simple", a-t-il dit à propos des conseils d'administration des entreprises.

Le professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT) s'exprimait lors d'une conférence de presse organisée par celui-ci au lendemain de l'attribution du Nobel.

Les travaux de Bengt Holmström s'étendent à de nombreux domaines, de la manière optimale de rémunérer les dirigeants à l'opportunité de confier au secteur privé la gestion d'écoles ou de prisons.

Interrogé sur l'évolution qu'il souhaite en matière de mécanismes de rémunération des dirigeants, il a répondu: "Des plans solides qui ne changent pas chaque année."

Il a évoqué l'exemple du groupe finlandais Nokia, dont il a été administrateur pendant 13 ans (jusqu'en 2012), déclarant que "la rémunération des dirigeants était passée de raisonnable à absolument affreuse, et affreuse à cause de tous les consultants".

Dans les dernières années, a-t-il ajouté, "Nokia ne décidait plus vraiment lui-même".

Une porte-parole de Nokia s'est refusée à tout commentaire.

(Ross Kerber; Marc Angrand pour le service français)