Caracal-Airbus Helicopters écrit au Premier ministre polonais

mardi 11 octobre 2016 10h02
 

PARIS, 11 octobre (Reuters) - Airbus Helicopters, filiale d'Airbus Group, a diffusé mardi une lettre ouverte au Premier ministre polonais pour défendre le contrat de 50 hélicoptères militaires Caracal, annulé la semaine dernière par la Pologne.

"Airbus Helicopters regrette profondément cette décision et (...) réfute fermement certaines allégations rapportées dans les médias selon lesquelles il aurait conduit ce processus de négociation de mauvaise foi", écrit Guillaume Faury, PDG d'Airbus Helicopters.

Il se dit prêt à faire toute la lumière sur le contenu de son offre, et rappelle notamment que malgré la lenteur des discussions avec le ministre polonais du Développement en septembre, il avait montré son attachement à un accord en offrant le 3 octobre de nouvelles concessions.

L'annulation du marché, au motif que l'offre finale d'Airbus Helicopters ne répond pas aux attentes polonaises, suscite une vive crise diplomatique entre Paris et Varsovie, au point que l'Etat français, actionnaire d'Airbus Group à hauteur de 11%, envisage des mesures de rétorsion.

L'accord sur le contrat avait été conclu par le précédent gouvernement polonais, battu aux législatives d'octobre 2015 par le parti Droit et Justice (PiS), eurosceptique. Airbus avait à l'époque été préféré à l'américain Sikorsky et à l'italien AgustaWestland.

Le marché, qui portait sur un montant de 13,5 milliards de zlotys (3,14 milliards d'euros), représentait 3.800 créations d'emplois en Pologne, selon Airbus.

Airbus Group emploie actuellement environ 900 salariés en Pologne, dans le spatial, les hélicoptères et les avions militaires, avec un centre de recherche dans le pays.

En Bourse, l'action Airbus Group cède 2,5% à 52,96 euros mardi à 10h. (Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)