Merkel ne peut pas se permettre de renflouer Deutsche Bank-presse

samedi 1 octobre 2016 16h28
 

FRANCFORT, 1er octobre (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel ne peut pas se permettre de renflouer Deutsche Bank après s'être opposée aux aides publiques dans d'autres pays européens et en raison du risque politique que lui ferait courir une telle initiative, écrivent samedi des médias allemands.

Berlin a nié mercredi préparer un plan de sauvetage de la première banque allemande, malmenée en Bourse depuis que la justice américaine a menacé de lui infliger une amende de 14 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros) dans le cadre d'une enquête sur la vente de titres adossés à des prêts immobiliers (MBS) à risque avant la crise financière de 2008.

Pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, Angela Merkel ne peut pas voler au secours de Deutsche Bank après avoir exigé de l'Italie, notamment, qu'elle ne fasse aucun cadeau à ses banques en difficulté.

"Bien sûr, la chancelière Merkel ne veut pas donner d'aide publique à Deutsche Bank", écrit l'éditorialiste du journal. "Elle ne peut pas se le permettre sur le plan de la politique étrangère parce que Berlin a adopté une ligne dure concernant le sauvetage des banques italiennes."

Le Süddeutsche Zeitung, basé à Munich, estime pour sa part que dans le cas contraire, la chancelière trahirait la promesse qu'elle a faite aux contribuables allemands de ne pas renflouer une banque, ce qu'elle pourrait payer au prix fort l'an prochain lors des élections législatives alors que son parti, la CDU, est déjà fragilisé par la montée en puissance du mouvement anti-immigration AfD.

"Un plan de sauvetage public jetterait les électeurs dans les bras de l'AfD", estime le journal.

"Les enjeux politiques intérieurs rendent très improbable le recours de Berlin à ce joker. Il est encore plus improbable que la Commission européenne l'accepte. Le risque politique est trop élevé", conclut-il.

Le titre Deutsche Bank a quelque peu rebondi vendredi après une information selon laquelle la banque serait proche d'un compromis avec les autorités américaines qui réduirait son amende à environ 5,4 milliards de dollars.

Ni Deutsche Bank, ni le département de la Justice américain ou le ministère allemand des Finances n'ont souhaité faire de commentaire à ce sujet.

(Georgina Prodhan; Tangi Salaün pour le service français) )