Nouveau recul des prix à la consommation au Japon

vendredi 30 septembre 2016 03h55
 

TOKYO, 30 septembre (Reuters) - Les prix à la consommation au Japon ont reculé en août pour le sixième mois consécutif, augmentant la pression sur la Banque du Japon (BoJ) pour assouplir encore sa politique monétaire.

Les dépenses des ménages ont diminué également pour le sixième mois d'affilée, une baisse qui souligne la faiblesse de la consommation, qui représente environ 60% du produit intérieur brut de l'archipel. Le mois d'août a en revanche enregistré un rebond de la production industrielle.

Ces indicateurs mitigés offrent peu de répit à la banque centrale, qui doit faire face à une menace déflationniste persistante malgré une politique ultra-accommodante.

La BoJ a officiellement pour ambition d'atteindre le plus vite possible une inflation à 2%.

En août, l'indice de base des prix à la consommation, qui comprend les produits pétroliers mais exclut des facteurs saisonniers comme les produits alimentaires frais, a baissé de 0,5% en rythme annuel. Une diminution de 0,4% était attendue par les économistes.

La baisse avait été également de 0,5% en juillet, ce qui constituait le plus fort recul en rythme annuel depuis mars 2013, date à laquelle la BoJ avait lancé un vaste programme d'assouplissement quantitatif.

Malgré ce programme, la faiblesse de la consommation des ménages et la baisse du coût des produits importés du fait de la vigueur du yen rendent à se stade hors de portée l'objectif d'une hausse de 2% des prix à la consommation que s'est fixé l'institut d'émission.

Les dépenses des ménages ont chuté de 4,6% en août par rapport à août 2015, alors que les économistes s'attendaient à une baisse de 2,5%. Il s'agit du plus fort recul des dépenses des ménages depuis mars dernier, selon les statistiques gouvernementales.

Portée par le secteur électronique, la production industrielle a en revanche augmenté de 1,5% en août en rythme annuel, bien plus que les 0,5% prévus par les économistes.

Au deuxième trimestre, après un bon début d'année, la croissance japonaise a fortement ralenti, pénalisée par la faiblesse des exportations et de l'investissement, et les analystes s'attendent à ce que la croissance reste modérée pour le restant de l'année. (Tetsushi Kajimoto; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)