MONDIAL-L'affaire VW hâte le recul du diesel sur les citadines-Renault

jeudi 29 septembre 2016 20h16
 

PARIS, 29 septembre (Reuters) - L'affaire Volkswagen et le vif débat sur les émissions polluantes des moteurs diesel accélère la baisse de cette motorisation sur le segment des voitures citadines mais le mouvement était enclenché avant, a déclaré jeudi le directeur délégué à la compétitivité de Renault.

"L'évolution s'accélère à la baisse depuis tous ces évènements, en particulier sur les segments B", a indiqué Thierry Bolloré lors des journées presse du Mondial de l'auto.

"Est-ce qu'on est gêné par cela ? Pas complètement, avec des investissements très raisonnables on est capable de passer du diesel à l'essence. Renault s'adapte au marché tel qu'il évoluera, y compris dans des phases d'accélération provoquées par des évènements extérieurs."

Des sources avaient déclaré à Reuters début septembre que le groupe s'attendait à ce que le diesel disparaisse progressivement du segment B (citadines) et d'une partie du segment C (voitures compactes), et que les perspectives de cette technologie s'étaient dégradées depuis le début de l'année.

Thierry Bolloré a précisé au Mondial qu'à l'horizon 2020, il resterait sans doute encore un moteur diesel dans l'offre du groupe en citadines du type Clio, notamment pour les flottes professionnelles et les gros rouleurs.

"La probabilité qu'il y ait un diesel est encore très forte", a-t-il dit.

Mais cette motorisation, tombée à 39% sur le segment, va continuer à céder du terrain au cours des prochaines années face à l'essence, l'électrique et l'hybride rechargeable.

Thierry Bolloré a ajouté qu'à l'horizon 2020, le groupe élargirait son offre électrique, notamment au segment A des petites citadines, de gabarit inférieur à la Zoé, et qu'il proposerait sur les segments B et C la technologie hybride rechargeable, connue pour afficher des performances similaires au diesel. (Gilles Guillaume, édité par Julien Ponthus)