RPT-Lockhard (Fed)-des preuves de bonne santé avant de relever les taux

jeudi 29 septembre 2016 15h22
 

(Répétition du titre)

ORLANDO/DUBLIN, Floride, 29 septembre (Reuters) - Le président de la Réserve fédérale d'Atlanta a déclaré jeudi qu'il avait soutenu la décision de la Fed de ne pas modifier ses taux directeurs lors de sa dernière réunion de politique monétaire, en attendant de nouvelles preuves que l'économie américaine progresse vers les objectifs de plein-emploi et d'une inflation de 2% de la banque centrale.

Dans un discours préparé en vue d'une conférence organisée par la Florida Chamber Foundation à Orlando, Dennis Lockhart a ajouté que la Fed "ne tarderait pas", sans doute, à relever ses taux.

"J'ai néanmoins soutenu le consensus selon lequel, avant d'agir à nouveau, il serait judicieux d'avoir un peu plus de preuves faisant état d'avancées vers nos objectifs", a-t-il dit.

La Fed a laissé ses taux d'intérêt inchangés la semaine dernière mais a clairement laissé entendre qu'elle pourrait durcir sa politique monétaire d'ici la fin de l'année face à l'amélioration continue du marché du travail.

Dennis Lockhart, qui prendra sa retraite en février 2017, n'a pas de droit de vote cette année au sein du Comité de politique monétaire (Fomc).

De son côté, le président de la Fed de Philadelphie a dit que décembre serait une bonne date pour relever les taux si l'économie se maintient sur la trajectoire prévue.

Patrick Harker a dit qu'il aurait été tout à fait à l'aise avec un relèvement des taux ce mois-ci mais qu'il y avait un désaccord au sein du Fomc sur deux questions: l'importance de l'écart entre capacités actives et capacités inemployées sur le marché du travail et quand et dans quelle mesure la Fed dépassera son objectif de 2% d'inflation.

"Entre maintenant et décembre je pense que nous aurons assez de données pour que, si les choses restent sur la trajectoire que j'anticipe, le mois de décembre soit une date appropriée pour une hausse des taux", a-t-il dit à la presse à Dublin.

Le président de la Fed de Philadelphie n'a pas non plus de droit de vote cette année au Fomc. (Richard Leong, Padraic Halpin et Conor Humphries, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)