France-Nouveaux candidats à la reprise des chantiers navals STX

mercredi 28 septembre 2016 16h49
 

NANTES, 28 septembre (Reuters) - De nouveaux candidats se sont manifestés pour la reprise des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, a-t-on appris mercredi auprès des élus locaux qui ont été reçus par le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue.

Le ministère de l'Economie avait fait savoir le 7 septembre que des "discussions approfondies" étaient menées avec "un consortium d'acheteurs intéressés, dont un industriel du secteur de la construction navale civile".

"Il existe un autre candidat à la reprise, ce qui est en soi une bonne nouvelle", avait-il été ajouté, alors que l'État français est actionnaire à 33 % de STX France.

Les chantiers navals italiens Fincantieri et néerlandais Damen, un groupe familial spécialisé dans la construction de navires de guerre, porte-conteneurs et yachts, sont ainsi sur les rangs pour racheter l'entreprise française, a confirmé Marie-Odile Bouillé, députée (PS) de Saint-Nazaire.

"Ces pistes existent, mais cela ne veut pas dire qu'il n'en a pas d'autres", a déclaré à Reuters Yannick Vaugrenard, sénateur (PS) de la Loire-Atlantique, qui faisait partie de la délégation. "Aujourd'hui, oui, on peut dire qu'il y a plus de deux candidats à la reprise des chantiers", a-t-il ajouté, sans en dire davantage sur les noms des groupes concernés.

Les neuf élus locaux ont par ailleurs fait part au secrétaire d'État à l'Industrie de leur opposition à une revente des ex-chantiers de l'Atlantique à Fincantieri.

Celui-ci pourrait en effet être tenté de transférer en Italie une partie de leur charge de travail, alors que le carnet de commandes de STX France est plein jusqu'en 2026. Les accords qui le lient aux chantiers navals chinois, et qui incluent des transferts de technologies, inquiètent aussi les élus.

"Ce n'est pas la semaine prochaine que cela va se faire, le processus va durer jusqu'à la mi-novembre", a toutefois ajouté le sénateur socialiste, alors que le gouvernement et les élus locaux ont prévu de se revoir sous quatre à six semaines.

"Nous avons été rassurés par la connaissance du dossier de Christophe Sirugue, alors qu'il a pris son poste récemment", a également déclaré Yannick Vaugrenard. "Il a réaffirmé l'engagement du gouvernement de maintenir à tout prix l'outil et la perspective industrielle sur Saint-Nazaire."

"Ce qui est rassurant, c'est que Michel Sapin et Christophe Sirugue sont très investis dans le dossier", confirme Marie-Odile Bouillé. "Ce qui est aussi très positif, c'est qu'avec la minorité de blocage que détient l'État, il n'arrivera pas la même chose à STX qu'à Alstom." (Guillaume Frouin, édité par Yves Clarisse)