Draghi (BCE) défend les taux face aux critiques allemandes

mercredi 28 septembre 2016 15h55
 

FRANCFORT, 28 septembre (Reuters) - Les taux d'intérêt bas de la Banque centrale européenne (BCE) sont nécessaires pour soutenir la croissance et les gouvernements ont un rôle à jouer s'ils veulent les voir remonter, a déclaré mercredi le président de la BCE, Mario Draghi, en réponse aux critiques de députés allemands.

"Notre politique monétaire a soutenu la croissance et l'emploi et elle finira par ramener l'inflation vers notre objectif", a-t-il dit à la commission des Affaires européennes du Bundestag à Berlin.

"Les taux d'intérêt bas d'aujourd'hui sont nécessaires au retour à des taux d'intérêt plus élevés à l'avenir", a-t-il ajouté. "Ce dont nous avons besoin pour l'instant, c'est de permettre à nos décisions de produire entièrement leur effet."

Les relations entre la BCE et les milieux politiques allemands se sont tendues ces dernières années, Berlin critiquant de plus en plus ouvertement la politique monétaire menée sous l'autorité de Mario Draghi, qui conjugue des taux historiquement bas et des achats massifs de titres sur les marchés destinés à faire baisser le coût du crédit.

Certains dirigeants allemands reprochent à cette politique de menacer la stabilité financière, de pénaliser l'épargne, de déstabiliser les banques et de récompenser la mauvaise gestion de certains Etats de la zone euro.

De nouveaux signes de tension sont apparus récemment face à la perspective d'une nouvelle amplification du soutien de la BCE à l'économie et à ses appels du pied répétés à l'Allemagne, en excédent budgétaire, pour qu'elle augmente la dépense publique.

"Afin que nos mesures de politique monétaire portent pleinement leur effet, d'autres politiques doivent apporter une contribution bien plus décisive, à la fois au niveau national et au niveau européen", a dit Mario Draghi mercredi. (Balazs Koranyi et Francesco Canepa; Marc Angrand pour le service français)