BOURSE-Wolseley supprime 800 postes en GB, le titre perd 4,5%

mardi 27 septembre 2016 13h01
 

27 septembre (Reuters) - Le titre Wolseley WOS.L perd quelque 4,5% mardi après l'annonce par le groupe britannique spécialisé dans la distribution d'équipements de chauffage et de plomberie de la fermeture de 80 magasins et d'un centre de distribution en Grande-Bretagne, ce qui entraînera la suppression de 800 postes.

Citant une demande atone et une concurrence acharnée dans le pays, le groupe précise que ces mesures, qu'il mettra deux à trois ans à mettre en oeuvre, se traduiront par des charges de restructuration d'environ 100 millions de livres (115 millions d'euros).

Vers 10h55 GMT, l'action perd 4,42% à 41,10 livres, la plus forte baisse de l'indice FTSE 100 de la Bourse de Londres, qui cède alors 0,16% et l'un des replis les plus marqués de l'indice Stoxx 600 (-0,41%).

Ce recul ramène la hausse de l'action depuis le début de l'année à 11,4% contre une progression de 9% pour le FTSE sur la période.

Wolseley, qui réalise environ 80% de ses bénéfices aux Etats-Unis, exploite actuellement quelque 750 magasins en Grande-Bretagne avec un effectif d'environ 6.000 personnes.

Le groupe, qui restructure ses activités dans son pays d'origine et ailleurs en Europe en raison de la faiblesse de certains marchés, a également annoncé qu'il allait entamer une revue de sa stratégie opérationnelle en Europe du Nord.

Aux yeux des analystes de Jefferies, les annonces du jour pourraient être vues comme "les premiers pas vers une entreprise 100% américaine".

Pour le début de l'exercice 2016-2017, qui a commencé le 1er août, Wolseley a fait état d'une hausse de son chiffre d'affaires à périmètre constant de 1,5%, alors que sa croissance aux Etats-Unis, où il exploite le grossiste de fournitures de plomberie Ferguson, atteint 4,5%.

Le bénéfice d'exploitation a augmenté de 7% sur l'exercice 2015-2016, clos le 31 juillet pour atteindre un niveau record de 917 millions de livres. Le chiffre d'affaires a progressé de 8,5% à 14,43 milliards, sa croissance à périmètre constant ressortant à 2,4%. (Esha Vaish à Bangalore, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)