La Bourse de Paris-Les valeurs du jour mardi (clôture)

mardi 27 septembre 2016 17h56
 

PARIS, 27 septembre (Reuters) - Les valeurs du jour mardi à
la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a perdu 0,21% à
4.398,68 points, à nouveau poussé à la baisse par les valeurs
financières et pétrolières.
    
    * Le secteur FINANCIER est resté plombé par les craintes
entourant Deutsche Bank, même si la première banque
allemande a assuré qu'elle n'aurait pas besoin d'aide d'Etat si
elle doit effectivement payer 14 milliards de dollars d'amende
aux Etats-Unis.
    * SOCIETE GENERALE a perdu 1,05% à 30,625 euros, CREDIT
AGRICOLE 1,05% à 8,543 euros et BNP PARIBAS 
0,52% à 45,185 euros. 
    * AXA a cédé 1,32% à 18,64 euros.

    *Les valeurs liées au PÉTROLE ont reculé dans le sillage des
cours du brut (-3% à 45,91 dollars pour le baril de Brent
 à la clôture de la Bourse de Paris), l'Arabie saoudite
ayant douché les espoirs d'un accord sur le pétrole lors de la
réunion informelle prévue à Alger. 
    * TECHNIP a cédé 1,72% à 50,23 euros, TOTAL
 0,85% à 40,77 euros et VALLOUREC 5,03% à
3,68 euros.
            
    * En revanche, AMUNDI s'est adjugé 2,28% à 46,95
euros pour finir en tête de l'indice SBF 120 (-0,28%)
à la faveur du relèvement du conseil de Goldman Sachs, passé à
l'achat sur la valeur. 
            
    * ORANGE a pris 1,74% à 13,76 euros après une note
de Credit Suisse, qui a relevé son opinion sur le titre de
neutre à surperformance en estimant que l'opérateur télécoms
bénéficie de ses investissements dans la fibre.
    
    * ACCORHOTELS est parvenu à grappiller 0,16% à
35,035 euros, le groupe hôtelier ayant annoncé le lancement
d'une enseigne d'auberges de jeunesse, un marché en plein essor
porté par une clientèle à la recherche d'hébergements bon marché
et conviviaux. 
    
    * GENFIT (-9,77% à 23,91 euros) a accusé la plus
forte baisse du SBF 120 après avoir accentué ses pertes au
premier semestre en raison notamment d'une forte hausse de ses
charges de sous-traitance opérationnelle. 
         
    * GEMALTO a perdu 4,97% à 59,08 euros alors que
Berenberg est passé à la vente sur le titre en estimant qu'un
éventuel rachat des activités de sécurité Morpho, appartenant au
groupe SAFRAN (-0,46%), présente plus de risques que d'avantage
pour le groupe. 

 (Jean-Michel Bélot et Dominique Rodriguez, édité par Marc
Joanny)