La Turquie critique Moody's, qui a ramené sa note en "junk"

dimanche 25 septembre 2016 13h51
 

ISTANBUL, 25 septembre (Reuters) - Le gouvernement turc a critiqué samedi la décision de l'agence de notation Moody's d'abaisser la note souveraine du pays en catégorie spéculative ("junk") en raison des inquiétudes pour l'Etat de droit et des risques de ralentissement de l'économie.

Moody's a ramené vendredi soir la note de la dette à long terme turque à Ba1 contre Baa3, en précisant que la perspective de cette note était stable, ce qui écarte la possibilité d'une nouvelle modification à court terme.

Cet abaissement pourrait dissuader certains investisseurs étrangers de se tourner vers la Turquie alors que le pays dépend des flux d'investissement pour financer son déficit courant, l'un des plus importants du G20.

Le Premier ministre, Binali Yildirim, a déclaré que la décision de Moody's prouvait que l'agence n'était pas impartiale et qu'elle ne fondait pas ses décisions uniquement sur des critères économiques.

"Nous ne pensons pas que ces jugements soient extrêmement impartiaux. Nous pensons qu'ils visent à créer une certaine image de l'économie turque", a-t-il dit à la presse.

La livre turque a cédé du terrain après l'annonce de Moody's, à 2,966 pour un dollar contre 2,954 vendredi avant la décision de l'agence.

Standard & Poor's avait déjà abaissé de deux échelons sa note de la Turquie peu après la tentative de coup d'Etat du 15 juillet.

Une partie des fonds d'investissement excluent d'investir dans des pays qui ne sont pas notés en catégorie d'investissement par au moins deux des grandes agences de notation mais Fitch Ratings est désormais la seule maintenant sa note de la Turquie en catégorie "investment grade", et elle doit procéder à une nouvelle évaluation d'ici le début de l'an prochain.

  Suite...