August 26, 2016 / 3:07 PM / in a year

Faurecia repense l'intérieur des futures voitures autonomes

3 MINUTES DE LECTURE

par Paul Lienert

HOLLAND, Michigan, 26 août (Reuters) - La perspective de l'arrivée d'ici trois à cinq ans de voitures autonomes sur les routes conduit Faurecia à travailler sur les grandes mutations qui vont suivre à bord des véhicules pilotés par ordinateur.

L'équipementier automobile, détenu à plus de 46% par PSA , est l'un des leaders mondiaux pour les sièges et les intérieurs automobiles. Le groupe a cédé récemment son activité de pare-chocs à Plastic Omnium pour se recentrer sur les équipements à bord et les systèmes de dépollution.

"Nous réfléchissons maintenant aux cockpits de prochaine génération pour être en phase avec les nouveaux comportements, quand les véhicules ne seront plus conçus uniquement pour être conduits", a déclaré Matt Benson, directeur de l'innovation prospective du groupe.

Il s'exprimait dans la petite ville de Holland, dans l'ouest du Michigan, où Faurecia a lancé en 2006, dans une ancienne fabrique de meubles, son premier think tank pour réfléchir à la voiture du futur.

Après WestWorks implanté à Holland, d'autres think tanks ont suivi, notamment EastWorks en 2011 à Shanghai et dWorks en 2013 à Munich.

"Un de nos défis est de créer davantage de flexibilité dans le cockpit du futur, pour le rendre plus intuitif et prévisible", ajoute Matt Benson.

Rob Huber, vice-président chargé de l'innovation, souligne que Faurecia travaille notamment sur un siège de "bien-être actif", qui utilise des capteurs biométriques et des algorithmes d'analyse prédictive pour mesurer le niveau de stress ou l'état de somnolence de la personne qui l'occupe, sans oublier les instruments (massage ou alarme) pour y répondre.

L'équipementier expérimente aussi la manière d'allier la reconnaissance vocale au contrôle des gestes pour piloter sans les mains les systèmes d'éclairage, la musique à bord ou certaines commandes.

A partir des années 2020, l'utilisation croissante de véhicules autonomes dans des flottes d'autopartage à la demande pourra entraîner une baisse du nombre de voitures sur la route, mais celles-ci rouleront aussi beaucoup plus qu'avant. Faurecia doit donc également s'atteler à des sujets plus prosaïques, comme la facilité à nettoyer les rangements, les tapis et les sièges.

"Quand on leur demande ce qu'ils feraient du temps dégagé grâce à la conduite autonome, les gens font des réponses incroyables", ajoute Matt Benson. "Ils comptent en profiter pour se raser, se maquiller, jouer de la guitare, faire du yoga, des exercices de cardio-training, et même tricoter."

Faurecia compte en tout 30 centres de R&D à travers le monde, surtout dans les zones où la croissance automobile est la plus forte. En France, outre le développement des systèmes d'échappement, il a un laboratoire dédié à l'électronique du siège ainsi que des partenariats avec plusieurs grandes écoles dans les composites et la mécatronique. (Gilles Guillaume pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below